Tag Archives: miniring

image_pdfimage_print

Piétonnier du centre : Remettre les boeufs avant la charrue!

A l’heure où le débat s’enflamme, la Platform Pentagone ose encore croire qu’un retour au bon sens et au respect
de la légalité reste possible…

Echo2

Dans ce dossier aux allures de saga, les nombreux appels au dialogue et les signaux d’alerte sont, jusqu’ici, restés vains : l’absence d’études d’incidences, pour définir le projet en amont, et celle d’un véritable processus de concertation jugés d’emblée inutiles par la Ville de Bruxelles, lui vaut aujourd’hui de devoir faire face à une fronde croissante. Souvent désordonnée et pas toujours lisible dans ses objectifs, cette bronca révèle cependant l’ampleur des dégâts déjà profonds de ce projet bâclé, imposé aux forceps, aussi bien dans le cœur des Bruxellois que dans les poumons de ceux qui vivent ou travaillent autour du piétonnier. Continue reading →

Un boulevard, deux trottoirs : trois raisons d’être sceptiques

vide2

Dans son bilan de huit mois de phase-test, la Ville de Bruxelles n’a pas lésiné sur les chiffres pour attester de la réussite, selon elle incontestable, de son piétonnier. Seulement voilà, en y regardant d’un peu plus près, on s’aperçoit rapidement que la rigueur des données présentées est loin d’être au rendez-vous. 

Incroyable mais vrai !

En annonçant triomphalement que la fréquentation de piétons avait doublé depuis la mise en piétonnier des boulevards du centre, la Ville de Bruxelles disait s’être basée sur les chiffres d’Atrium. Mais l’ARAU le relevait dès le lendemain, les chiffres en question ne reflétaient pas cette spectaculaire augmentation. Arnaud Texier, directeur d’Atrium confirme.

Avant la mise en place du piétonnier, les comptages étaient effectués sur chacun des trottoirs des boulevards et donnaient lieu à des chiffres séparés. Il fallait donc additionner ces chiffres pour les comparer aux derniers comptages. En additionnant les comptages des deux trottoirs, on constate une hausse, mais elle n’est pas aussi importante.

La Ville aurait donc purement et simplement « omis » de compter l’un des deux trottoirs ! Franchement… « On est la risée du monde », non ?  Continue reading →

Florilège de citations

Il faut décider vite sinon je sais ce qui va se passer. On va être confronté à un tas d’experts et de comités qui vont donner leur avis bien entendu négatif. Sans compter les procédures légales qui sont une vraie partie de plaisir

Yvan Mayeur lors de la présentation du projet de piétonnier 2 janvier 2014, RTBF Info,

 

Malheureusement, la Région n’a pas doté notre ville de suffisamment de capteurs pour savoir exactement quel est l’impact de la circulation en terme environnemental

Yvan Mayeur, lors de l’émission #M sur BX1, 1er mars 2016.

 

Bruxelles Les Bains et le piétonnier ne vont-ils pas se faire concurrence ?
Je ne pense pas que cela fera double emploi. Nous avons fait le pari d’un Bruxelles qui n’arrête jamais et où il se passe tout le temps des choses. Plus il y a d’évènements, mieux c’est ! Et je ne crois pas que l’un ou l’autre se fera phagocyter. Ce sont des événements complémentaires, ils vont créer un effet d’entraînement. L’idée, c’est qu’il y ait toujours quelque chose à faire à Bruxelles« .

Philippe Close (PS), échevin du Tourisme Interview du 22 juin 2015 dans La Libre

 

Pourquoi le Pentagone ne pourrait pas être reconnu comme zone touristique, alors que Maasmechelen Village l’est?

Marion Lemesre, échevine du Commerce, Conseil communal du 9 février 2015.

 

« Le pouvoir, c’est de ne pas partager toute l’information et de la garder pour soi » 

268520_10152778967173580_711867604166918591_nRéponse d’Yvan Mayeur à la question : Les juristes de la Ville ont-ils réfléchi aux conséquences, si le Conseil d’Etat annule le plan de circulation ? (Conseil communal de la Ville de Bruxelles, le 23 février 2015)

++++++++++++++++++++++++++

J’ai demandé aux sociétés privées, de manière informelle : Est-ce que vous seriez intéressées (sous-entendu : par la construction d’un parking); j’ai posé la question à 20 sociétés de parking et sur les 20 sociétés, il y en avait beaucoup qui étaient intéressées. (…) Il faut quand même d’abord voir si il y a de l’intérêt avant de lancer le dossier, c’est normal…

Els Ampe, Echevine de la Mobilité, lors de la rencontre avec les habitants à la Salle des Milices de l’Hôtel de Ville, le 09/12/2014.

+++++++++++++++++++++++++++++

« Nous essayons aussi que les automobilistes qui pénètrent dans le Pentagone évitent au maximum les quartiers résidentiels ».

Els Ampe, dans un article de l’Avenir du 20 décembre 2013.

Donc, la Place du Jeu de Balle, Le Nouveau Marché aux Grains, la Place Rouppe et Yser-Les Quais ne sont pas des quartiers résidentiels, selon l’Echevine de la Mobilité.

Pourquoi le Pentagone ne pourrait pas être reconnu comme zone touristique alors que Maasmechelent Village l’est ?

Marion Lemesre, Conseil communal du 9 février 2015.

Alors, oui, je veux une concertation. Je veux dialoguer avec les gens. Je veux trouver des solutions pragmatiques. On ne peut pas rester inactif. Ce serait nier la réalité et nier la vie quotidienne des habitants des rues adjacentes. J’ai entendu les questions qui ont été posées. Oui, il faut plus de pédagogie et de concertation.

Yvan Mayeur, Bourgmestre de la Ville de Bruxelles, lors du Conseil communal du 01/12/2014.

Qu’entend exactement le Bourgmestre par «  pédagogie » ? Le supplément de 103.000€ voté au Conseil communal suivant pour la « Communication concernant le plan de Mobilité  (euh, de circulation) » ?
Pour ce qui est de la concertation, les citoyens l’attendent toujours…

S’agissant des parkings et de la Place du Jeu de Balle, je suis un amoureux des Marolles. (Réactions dans le public) …
Nous essayons de trouver une solution. Le parking en est-il une? Nous ne le savons pas. »

Yvan Mayeur, Bourgmestre de la Ville de Bruxelles, lors du Conseil communal du 01/12/2014.

+++++++++++++++++++++++++++++

Je sais que dans les Marolles, la plupart des gens n’ont pas de voitures, mais je leur demande d’être solidaires avec ceux qui en ont une.

Els Ampe, au Café La Brocante, réunion d’information avec les habitants des Marolles, le 08/12/2014.

++++++++++++++++++++++++++++

Je sais que ce plan fait peur. C’est normal, parce que c’est nouveau et quand c’est nouveau, ça fait peur. 

Els Ampe répète cette phrase à chacune de ses rencontres avec les habitants, commerçants, sur les plateaux télés… s’inspirant peut-être, consciemment ou non, d’une technique de coaching assez simpliste où l’on sous-entend que le rejet de la nouveauté est fondé sur une peur irrationnelle plutôt que sur des arguments. Cette stratégie est généralement utilisée pour désamorcer, voire discréditer d’emblée toute critique, même constructive, d’un nouveau projet, d’une nouvelle méthode de travail, d’un nouveau chef d’entreprise…

++++++++++++++++++++++++++++

Une telle mesure apporterait un confort dans ce quartier et accroîtrait l’attractivité de ses logements, avec pour conséquence éventuelle l’arrivée d’habitants à meilleure capacité contributive. 

Marion Lemesre, Echevine du Commerce, au sujet du projet de parking sous la Place du Jeu de Balle, lors du Conseil communal du 27/11/2014. En langue de bois, «arrivée d’habitants à meilleure capacité contributive» signifie gentrification.

++++++++++++++++++++++++++++

D’abord je voudrais rappeler que tout le monde parle « des » Marolles alors qu’en fait, c’est « la » Marolle…

Fahouzia Hariche, échevine de l’Enseignement de la Ville de Bruxelles, dans l’émission Les « Experts » du 06/12/2014 sur Télé Bruxelles.

L’échevine de l’Enseignement a tort de vouloir jouer les professeurs : les deux existent mais désignent des quartiers différents.

En l’occurrence, si’ l’on parle de la Place du Jeu de Balle, il s’agit bien « des » Marolles, comme on peut le lire sur le site de la Ville de Bruxelles

Le quartier de « La Marolle » englobe la partie de la Ville qui est délimitée par la rue Haute, les remparts (actuellement, la petite ceinture) et l’arrière du Palais de Justice. (…)

« Les Marolles » au pluriel, symbolisent la partie sud du Pentagone. Sa place du Jeu de Balle est le point central.

++++++++++++++++++++++++++++

 

A suivre…

els_ampe_1-724x1024

« Vous pouvez aller crier ailleurs »

Le 22 janvier, dans la salle de l’Ancienne Belgique, la Ville de Bruxelles dévoilait
les secrets de son piétonnier au public…

Image1

C’est beaucoup dire que la Ville de Bruxelles présentait son projet ce soir-là, car les politiques présents au premier rang ne sont jamais montés sur scène, s’en sont allés pour la plupart avant la fin et ont laissé les membres du bureau d’études se débrouiller tout seuls avec le public (des citoyens, des électeurs)…

Continue reading →

Parkings en chantier, arbres en danger !

Tous ceux qui habitent en ville le savent : les places et les rues bordées d’arbres contribuent au bien-être, à la détente, à la convivialité, mais aussi et surtout, ces « fabriques d’oxygène » jouent un rôle important dans la qualité de l’air que nous respirons. 

0P1800210Du reste, ils contribuent à donner de la vie aux quartiers, bien plus qu’on ne l’imagine… Dans son excellent Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles, Jean d’Osta raconte, au sujet de l’avenue de Stalingrad : Continue reading →

La genèse d’Interparking

Petits faits de culture urbanistique bruxelloise
Par Patrick Wouters

POURQUOI LE PARKING 58 A-T-IL ETE CONSTRUIT A CET ENDROIT ?

Le Parking 58 a été construit sur un terrain communal, résultant de la démolition des Halles Centrales, édifice de fer et de verre construit en 1872-74, en même temps que la Bourse, lors du voûtement de la Senne.

Le 21 février 1955, l’échevin des Travaux Publics de la Ville de Bruxelles, Paul Vanden Boeynants, propose au Conseil Communal de donner en concession la partie Nord des Halles Centrales, ou éventuellement son terrain seul, pour y édifier un grand garage-parking.

Continue reading →

Place Rouppe et Avenue de Stalingrad : un peu d’histoire (politique) récente

Image6Texte du tract d’information du Quartier Rouppe

Petit rappel de l’historique des projets du quartier.

En 2008, les habitants du quartier Rouppe-Stalingrad-Rue du Midi ont vu le lancement du Contrat de Quartier Rouppe. Un des projets dont ils ont pu se réjouir était le réaménagement de l’Avenue de Stalingrad. Le programme, voté par la Ville de Bruxelles et ensuite transféré à Beliris pour la mise en oeuvre de certains volets, dont celui de l’Avenue de Stalingrad, constitue un contrat entre les habitants et les pouvoirs publics.

L’Hôtel de Ville de Bruxelles en était fier !

Continue reading →