Platform Pentagone

La Platform Pentagone vous donne rendez-vous au mois de septembre, peu après la rentrée, pour une première évaluation de la mise en route du piétonnier, du plan de circulation qui l’accompagne et, plus généralement, de la gestion de l’espace public par la Ville de Bruxelles, sur et autour du piétonnier.

Plus que jamais, la Platform Pentagone plaidera pour qu’un véritable débat public puisse avoir lieu autour de ce dossier et de ses enjeux.

Image1

La Platform Pentagone, bien que favorable au principe de piétonnier, s’oppose au projet de la Ville de Bruxelles, met en garde contre l’inconséquence avec laquelle il a été mis en route à marche forcée et demande, en priorité, que l’offre des transports en commun, réduite depuis l’entrée en vigueur du piétonnier, soit au contraire renforcée.

En outre, elle préconise plusieurs piétonniers plus petits, au coeur des quartiers, pour une réelle amélioration de la qualité de vie de l’ensemble des habitants, plutôt qu’un grand piétonnier dont les ambitions essentiellement touristiques de la Ville risquent de mettre à mal les commerces de proximité et dont la seule ambition est d’avoir déplacé dans les rues voisines, plus étroites et densément peuplées, toutes les nuisances liées au trafic.

Elle demande que des études d’incidences soient réalisées, ainsi que le prévoit le règlement régional, et que le plan de mobilité dans son ensemble (piétonnier-miniring-parkings) soit soumis à un véritable processus de concertation avec les habitants et commerçants. Pour rappel, un recours a d’ailleurs été déposé en ce sens, fin janvier, par 3 associations environnementales et 8 riverains de différents quartiers du Pentagone, membres de la plateforme.

Nous invitons les citoyens sensibles à cette vision de la ville et qui défendent la nécessité d’un débat contradictoire autour de ce projet aux enjeux multiples et complexes, à s’informer sur notre site, à signer la pétition en ligne, en tant que personnes, s’ils adhèrent à notre analyse et à signer notre charte, s’ils le font au nom d’un comité de quartier ou de commerçants, d’une organisation, d’une association.

Rejoignez-nous : le débat est ouvert!