PiA�tonnier du centre : Remettre les boeufs avant la charrue!

image_pdfimage_print

A l’heure oA? le dA�bat s’enflamme, la Platform Pentagone ose encore croire qu’un retour au bon sens et au respect
de la lA�galitA� reste possible…

Echo2

Dans ce dossier aux allures de saga, les nombreux appels au dialogue et les signaux d’alerte sont, jusqu’ici, restA�s vains : l’absence d’A�tudes d’incidences, pour dA�finir le projet en amont, et celle d’un vA�ritable processus de concertation jugA�s d’emblA�e inutiles par la Ville de Bruxelles, lui vaut aujourd’hui de devoir faire face A� une fronde croissante. Souvent dA�sordonnA�e et pas toujours lisible dans ses objectifs, cette bronca rA�vA?le cependant l’ampleur des dA�gA?ts dA�jA� profonds de ce projet bA?clA�, imposA� aux forceps, aussi bien dans le cA�ur des Bruxellois que dans les poumons de ceux qui vivent ou travaillent autour du piA�tonnier.

Bien qua��opposA�e A� la mA�thodologie peu transparente de la Ville et au modA?le de piA�tonnier choisi, la Platform Pentagone a toujours soutenu la rA�duction de la pression automobile et la��amA�lioration du cadre de vie dans la��ensemble du centre-ville.

La Platform Pentagone rA�clame A� la Ville de Bruxelles, depuis plus da��un an, une rA�elle concertation sur les fondements et enjeux du projet de piA�tonnier ; en vain… Ca��est pourquoi, dans la continuitA� du recours introduit en fA�vrier 2015 contre le Plan de circulation du Pentagone (qui induit le projet de rA�amA�nagement des boulevards), des associations et habitants du centre-ville, membres de la Platform Pentagone, ont dA�cidA� d’introduire un nouveau recours devant le Conseil da��A�tat contre le permis da��urbanisme relatif A� la��amA�nagement du piA�tonnier pour rA�clamer la��analyse de scA�narios alternatifs, conformA�ment au droit europA�en.A�A�

A�tudier les incidences da��un projet d’une telle ampleur urbanistique est indispensable A� son A�laboration et conditionne sa rA�ussite.

Cela permet de dA�finir prA�cisA�ment et prA�alablement les enjeux et objectifs du projet et de construire et A�valuer, en fonction de ces derniers, diffA�rents scA�narios pour na��en retenir que le plus pertinent. Le dA�bat public sur la��opportunitA� du projet choisi en ressortirait plus serein, les opinions moins binaires et davantage fondA�es sur l’argumentation que sur les A�motions, les dA�cisions, plus pertinentes. La situation actuelle, hA�las, n’engendre que clivages et crispations : les citoyens bruxellois mA�ritent mieux !

Au lieu de suivre cette mA�thodologie, la Ville opA?re un dA�tricotage du projet au profit des voitures et au dA�triment de la santA�.

La Ville de Bruxelles a cru bon de faire la��impasse (illA�galement) sur l’A�tape essentielle de la��analyse comparative de scA�narios. Les mesures erratiques, prises face A� l’accumulation d’effets pervers de son plan mal pensA�, dA�placent les problA?mes mais na��amA�liorent pas la qualitA� de la��air et le cadre de vie autour du piA�tonnier.

A� son chevet, la RA�gion l’assiste par une campagne mA�diatique d’un autre A?ge, vantant l’accA?s du centre-ville en voiture, carte des parkings A� l’appui (14.574 places dans le Pentagone).

A� Sur le piA�tonnier, l’air est plus pur A� aurait dit La Palice…

Mais le paradoxe de ce piA�tonnier et de ses consA�quences, c’est que malgrA� la diminution incontestable du nombre total de vA�hicules dans le Pentagone, de nombreuses petites rues autour du piA�tonnier, dans la partie Ouest surtout, sont littA�ralement et rA�guliA?rement congestionnA�es.

Pourtant, jusqu’ici, l’unique prioritA� de la Ville, par le biais de Bruxelles-Environnement, a A�tA� de procA�der A� des mesures de qualitA� de l’air sur le piA�tonnier lui-mA?me et d’en A�tendre les conclusions, assez malhonnA?tement, A� l’ensemble du Pentagone.
Il faut le rappeler, la pollution par le trafic pourrait A?tre responsable de 2400 dA�cA?s par an dans notre pays. L’enthousiasme, comprA�hensible et de bonne foi, de dA�fenseurs de ce mA�ga-piA�tonnier, ne peut primer sur le danger auquel sont d’ores et dA�jA� exposA�s, depuis des mois, les habitants des quartiers situA�s tout autour.

La Platform demande A� la Ville/RA�gion/Bruxelles-Environnement que des mesures de la qualitA� de la��air soient rA�alisA�es d’urgence dans les rues et quartiers autour du piA�tonnier : ca��est une question de santA� publique !

En conclusion

Il faut revoir le projet dans ses fondements, pour lui confA�rer des bases urbanistiques et juridiquesA� solides et favoriser, dA�mocratiquement, une adhA�sion au projet. Ca��est seulement A� cette condition qua��un projet vA�ritablement fA�dA�rateur pourra se dA�velopper et rA�pondre aux attentes des habitants, travailleurs, commerA�ants et autres usagers qui, tous, souhaitent la��amA�lioration de la qualitA� de vie dans le centre-ville.

Ce na��est qua��en suivant les rA?gles que la��on pourra sortir de l’impasse dans laquelle ce piA�tonnier s’est fourvoyA� et qu’un amA�nagement futur ne suffira pas A� sauver : la plus belle dA�coration intA�rieure d’une maison ne l’empA?chera pas de s’effondrer si elle est construite sans fondations, ni poutres, ni charpente…

 

Dans le cadre d’un A�tude d’incidences,
les scenarios suivants pourraient A?tre A�tudiA�s

  1. Une piA�tonisation mieux partagA�e

    Le principe de 50 ha de zones piA�tonnes, mais plus modestes, plus conviviales, rA�parties sur de petites places et rues de la��ensemble du Pentagone, plutA?t que les boulevards centraux (scenario A� no car A� du bureau Secchi-Vigano publiA� par la rA�gion dans
    Bruxelles 2040, trois visions pour une mA�tropole). Ce scA�nario aurait, en outre, l’avantage de rA�duire considA�rablement les coA�ts du projet.

  2. Scenario A� trafic limitA� A�

    Mise en place da��une A� zone A� trafic limitA� A� dans tout le pentagone (accA?s rA�servA� aux riverains, jeu sur la temporalitA� des accA?s), modA?le de plus en plus repris en Italie et en France A� la faveur des habitants.

  3. Scenario A� espace partagA� A�

    Un espace partagA� permettrait de donner la prioritA� non seulement aux piA�tons mais aussi aux cyclistes et aux transports en commun. Dans tous les cas, un projet de rA�amA�nagement du centre-ville ne peut faire la��A�conomie, comme la Ville la��a fait arbitrairement, de la coopA�ration avec la STIB et la RA�gion en vue du renforcement de la��offre de transports en commun de surface, plus visible et confortable que le souterrain et, par exemple, la��A�tude da��une ligne de tram en surface

  4. Scenario A� Plan communal de mobilitA� (PCM) bis A�.

    Beaucoup la��ignorent mais la Ville a A�laborA� en 2009-2011 un Plan communal de mobilitA� qui comprenait des A�tudes sA�rieusement menA�es. La moindre des choses dans le cadre de la continuitA� administrative, du respect de la��administration, du public et des bureaux da��A�tudes concernA�s, serait de repartir de ce plan. La partie relative au Pentagone A�tait basA�e sur une sA�rie de boucles de dessertes visant A� A�vacuer le trafic de transit de la��hyper-centre et A� favoriser la��habitat.

  5. Scenario Plan Nomo bis

    Ce scenario, largement soutenu par les associaitions et les spA�cialistes de la mobilitA� comprenait globalement moins de voitures (objectif 50%) par la��application du Plan Nomo de 2000.

  6. Scenario actuel
    Situation prA�vue par le projet de la Ville et actuellement en A� phase-test A� : piA�tonnier depuis De BrouckA?re jusqua��A� la place Fontainas.

IlluDEF3