Parking 58 – Permis recalA� et confirmation : INTERPARKING n’aime pas communiquer ses chiffres…

image_pdfimage_print

Le 3 mars 2015, le ComitA� de dA�fense des habitants de Bruxelles-centre (Comitebru 1000), membre de la Platform Pentagone, avait introduit un recours auprA?s du CollA?ge d’Environnement contre le permis d’environnement octroyA� par l’IBGE pour,A�notamment,A�l’exploitation d’un parking couvert deA�847 A�emplacements pour vA�hicules motorisA�s.

Principale argumentationA�: « L’A�tude d’incidences n’a pas tenu compte du projet de la Ville de Bruxelles d’amA�nager une zone piA�tonne et un A� mini-ring A� A� proximitA� immA�diate ».

 

Image1

Le CollA?ge A�d’Environnement aA�suivi cette argumentation et a refusA� d’octroyer le permis d’environnement.

A�A� La Commission demande plus d’informations pour A�tayer la nA�cessitA� de construire de nouveaux parkings. Par exemple, quel est le taux d’occupation des parkings existants, ou comment a A�tA� A�valuA� le besoin en parkings dans les quartiers retenus (inventaire) ? Une telle option est-elle compatible avec les objectifs de rA�duction du trafic automobile ?

La Commission demande d’A�tudier l’impact des nouveaux parkings sur la circulation dans le Centre, notamment pour s’assurer qu’ils participent A� la diminution de la pression du trafic automobile prA�vue par Iris 2. A�

Bravo, donc, au ComitA� Bru100, pour sa dA�termination et sa vigilance ! Rappelons que ce comitA� de quartier a pour but A� toute action relative A� la dA�fense de la citA�, des habitants, de leurs droits A� des A�quipements de toute nature et indispensables A� la qualitA� de vie A� Bruxelles et plus spA�cialement au centre A�.

Mission accomplie !

Mais un autre volet de ce dossier mA�rite A�galement toute notre attention : la sociA�tA� INTERPARKING avait, elle aussi, dA�posA� un recours contre ce permis, pour une tout autre raison nettement moins en rapport avec la dA�fense de la citA� et de ses habitants. Qu’on en juge :

a�? 2.2. Le second recours a A�tA� introduit par la s.a. INTERPARKING le 9 mars 2015. La requA�rante dA�tient un bail emphytA�otique sur la partie de l’actuel immeuble consacrA�e au parking.

a�? 2.3. Le recours est exclusivement dirigA� contre deux conditions particuliA?res du permis d’environnement :
– celle qui oblige la requA�rante A� fournir annuellement un histogramme des mouvements (entrA�es et sorties) au sein du parking durant une semaine, ainsi que l’occupation du parking par heure, durant une semaine, dans les deux cas hors vacances scolaires et pA�riodes de solde (article 4, A, 2) ;

– celle qui empA?che la requA�rante de rA�server aucun des 648 emplacements publics (article 4, B, 9).

De tout A�vidence, la sociA�tA� INTERPARKING n’aime pas rendre des comptes. La conclusion du CollA?ge d’Environnement est A�difiante :

4.2.2. Durant l’instruction de la demande de permis d’environnement, le 4 dA�cembre 2013, l’IBGE a adressA� un courrier A� la demanderesse prA�cisant que : A� il apparait que l’exploitant actuel du site, A� savoir la s.a. INTERPARKING, ne veut communiquer des informations essentielles quant A� la gestion actuelle du parking public (histogramme du pic de frA�quentation, gestion du parking public, . et ce malgrA� les demandes rA�pA�tA�es du chargA� d’A�tude (d’incidences)
(…)
Elle n’a pas non plus justifiA� en quoi les donnA�es sollicitA�es A�taient A� commercialement sensibles A� pour la s.a. INTERPARKING. Lors des auditions, le CollA?ge d’environnement a sollicitA� plus de prA�cisions de la part de la s.a. INTERPARKING, qui s’est A� nouveau retranchA�e derriA?re le secret d’affaires, sans plus de justification.’
Ce manque de donnA�es a obligA� le chargA� d’A�tudes A� procA�der par extrapolations et A� rA�aliser des comptages d’ampleur limitA�e, dans le seul Parking 58. Ce manque de donnA�es a, notamment, privA� le chargA� d’A�tude d’une vision prA�cise de l’utilisation du parking par les abonnA�s et de la rA�partition de ces abonnA�s entre rA�sidents locaux et travailleurs.
(…)
Une A�tude de l’incidence du plan de mobilitA� du Pentagone sur les besoins de stationnement public aurait permis au CollA?ge d’environnement de s’assurer de l’adA�quation du nombre d’emplacements de parking prA�vu dans le projet A� Centre 58 A� (..).

Cette A�tude est d’autant plus nA�cessaire que la derniA?re A�tude en date, celle du 30 avril 2010 rA�alisA�e avec TRANSIT EC et portant sur le plan communal de mobilitA� de la Ville de Bruxelles d’alors, concluait A� un faible taux d’occupation des parkings publics et A� la disponibilitA� d’un trA?s grand nombre de places de stationnement. A�

A la lecture de tout ceci, on ne peut s’empA?cher de constater que la Ville n’a visiblement aucun problA?me ni aucune sorte d’A�tat d’A?me A� s’engager, pour 35 ans et dans le cadre de la construction de quatre nouveaux parkings, avec des partenaires qui refusent de communiquer des donnA�es pourtant essentielles A� l’A�valuation objective de la pertinence – ou non – de tel projet, ici le parking 58, ou de tel autre, (les parkings liA�s A� son piA�tonnier assorti d’un miniring). La seule chose que la Ville se soit contentA�e de faire A� ce jour, c’est de s’enquA�rir, en amont (mars 2013, lors du MIPIM, Salon international de l’Immobilier, A� Cannes) de l’intA�rA?t de ces sociA�tA�s A� construire les nouveaux parkings… C’est normal!A� (Els Ampe).

Des nA�gociations A� informelles A� et des dA�clarations bien inquiA�tantes, en terme de dA�mocratie…

Il est vrai que la phrase A� INTERPARKING s’est A� nouveau retranchA�e derriA?re le secret d’affaires, sans plus de justification.A� n’est pas sans rappeler celle, prononcA�e par Yvan Mayeur, lors du Conseil communal 23 fA�vrier 2015, lorsqu’il rA�pondait A� la question sur les consA�quences A�ventuelles du recours dA�posA� au Conseil d’Etat contre le plan de circulation :

A� Le pouvoir, ca��est de ne pas partager toute la��information et de la garder pour soi A�

Il est vrai aussi qu’il parlait de « pouvoir » et non de « dA�mocratie ». La nuance est de taille !

A�Isabelle Marchal

Platform PentagoneLa PA�titionLa Charte