Nouveau MarchA� aux Grains : un peu d’Histoire

image_pdfimage_print

Image1
La Place du Nouveau MarchA� aux Grains vers 1910

La Place du Nouveau MarchA� aux Grains a A�tA� tracA�e en 1787 sur la��emplacement da��un domaine appartenant A� un couvent, dA�truit quelques annA�es plus tA?t. Les autoritA�s bruxelloises voulaient y installer un nouveau marchA� aux grains, la��ancien (proche de Sainte-Catherine) A�tant A�incommode, trop A�troit et encombrA� de marchands de beurre, fromage, verdure et autres qui empA?chaient la pesA�e rA�guliA?re du seigle, du froment et de la��avoineA�.

Les terrains entourant le nouveau marchA� furent rapidement achetA�s par des particuliers, A� qui la��on imposa la��obligation da��y bA?tir des maisons avant le 1er dA�cembre de la��annA�e suivante. De cette A�poque, il nous reste un large A�difice, aujourda��hui devenu la��Institut De Mot-Couvreur, surmontA� da��un lanterneau qui porte une girouette en forme de navire, souvenir de son premier propriA�taire, la��armateur et banquier Romberg, qui en avait fait ses bureaux.

DA?s 1802, la place fut ornA�e da��une double rangA�e de tilleuls qui donnaient de la��ombre aux marchands de grains qui frA�quentaient ce marchA� tous les mercredis et vendredis.

Jusque dans les annA�es 1930, il subsista sur cette place un service rA�gulier de messageries hippomobiles. Le dA�part et la��arrivA�e des voitures avaient lieu devant la��estaminet In de Stad Ninove, au coin de la rue du Houblon. Ca��est A� cette A�poque aussi que les marchands dA�sertA?rent ce marchA�, le commerce du grain ayant fortement A�voluA� (plus grandes meuneries et nouvelles conditions de transport).

Mais la place ne tomba cependant pas en lA�thargie car un marchA� matinal aux LA�gumes et aux Victuailles ne tarda pas A� sa��y dA�velopper, constituant une sorte da��annexe du marchA� Sainte-Catherine et du Vieux MarchA� aux Grains, lesquels connaissaient A� la��A�poque la��apogA�e de leur prospA�ritA� et la plus haute densitA� de leur clientA?le.

En 1967 pourtant, ce marchA� quitta la place pour sa��installer quai des Usines, A� Laeken. Elle devient alors une place apprA�ciA�e pour son charme dans un centre de Bruxelles oA? les zones bordA�es da��arbres A� haute tige se font rares. Des platanes ont depuis longtemps remplacA� les tilleuls qui sa��y trouvaient A� la��origine, mais la flA?nerie y est toujours de mise. Ses bancs publics, son calme A� deux pas de rues grouillantes et bruyantes, en font un lieu oA? tout un chacun, des plus jeunes aux anciens, aime A� venir se ressourcera��

(da��aprA?s Jean da��Osta, Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles, 1986)

P1800537