PiA�tonnier du centre : Modifications A� rA�pA�tition, aveu d’inconsA�quence de la Ville de Bruxelles

COMMUNIQUA� DE PRESSE du 25 JANVIER 2016

1322955009rcBJ0G

La Ville de Bruxelles a rA�cemment annoncA� une sA�rie da��importants changements concernant le piA�tonnier des boulevards du centre, principalement dans le domaine de la mobilitA� mais aussi dans la mA�thode da��A�laboration da��une A�A�nouvelle identitA� commercialeA�A�.

MobilitA�

La Ville avait cru pouvoir se passer de concertation avec les citoyens et d’A�tudes d’incidences, pourtant requises par les droits bruxellois et europA�en

Les improvisations et les dA�tricotages de son propre plan, auxquels nous assistons depuis plusieurs semaines, prouvent A� l’A�vidence que ce projet ne tient pas la route.

Ces changements significatifs interviennent alors que la phase-test du plan de circulation est toujours en cours et qua��aucun rA�sultat quant A� son A�valuation na��a A�tA� communiquA�.

La Platform Pentagone s’interrogeA�: ces modifications sa��inscrivent-elles dans un plan da��ensemble visant A� servir la��intA�rA?t gA�nA�ralA�? Ou rA�pondent-elles aux intA�rA?ts particuliers de certains commerA�ants ou d’habitants, parvenus A� se faire entendre en-dehors des processus de concertation, par ailleurs inexistants ? Quels sont les critA?res da��A�valuation qui ont A�tA� mobilisA�s pour aboutir A� ces modificationsA�? Quelle est la mA�thodologie appliquA�eA�?

La transparence, la rigueur et l’analyse scientifiques, ce ne sera donc pas encore pour cette foisa�� Sans parler du dA�bat public autour de diffA�rents scA�narios possibles que la Ville de Bruxelles aurait du organiser A� un stade prA�coce du projet, quand plusieurs options A�taient encore sur la table, alors que la Convention d’Aarhus l’y oblige pourtant.

DiffA�rents scA�narios da��une A�tude da��incidences qui pourraient, par exemple, A?tre les suivantsA�:

  • 0A�: Non-rA�alisation du projet (situation da��avant le 29-06-2015), les boulevards restent ouverts aux voitures

  • 1 : Seule la place de la Bourse est mise en piA�tonnier en guise de A�A�verrouA�A� afin de dA�courager le trafic de transit

  • 2 : Mise en piA�tonnier A� certaines heures, ou certaines pA�riodes (dimanches ouA�week end, vacances).

  • 3 : Garder le principe de 50ha de zones piA�tonnes, mais plus modestes, plus conviviales, rA�parties sur de petites places et rues de l’ensemble du Pentagone, plutA?t que les boulevards centraux (scA�nario A�A�no carA�A� du bureau Secchi-Vigano publiA� dans Bruxelles 2040, trois visions pour une mA�tropole)

  • 4 : Plan communal de mobilitA� (PCM) 2009-2011, basA� sur une sA�rie de boucles de dessertes visant A� A�vacuer le trafic de transit de l’hyper-centre

  • 5 : Globalement moins de voitures (objectif 50%) par l’application du Plan Nomo de 2000

  • 6 : Situation prA�vue par le projet de la Ville et actuellement en A�A�phase-testA�A�A�; piA�tonnier depuis De BrouckA?re jusqu’A� la place Fontainas

Autant de scA�narios qui ne sont viables (si le but est vraiment de libA�rer autant que possible le centre-ville de la voiture) que s’ils s’accompagnent d’un renforcement des transports publics et de l’offre de parkings de dissuasion A� l’entrA�e de la RA�gion, et non pas aux abords immA�diats du piA�tonnier, comme la Ville projette de le faire. Faute de quoi la congestion et ses nuisances persisteront…

Transports en commun

La Ville de Bruxelles annonce avoir demandA� A� la STIB des adaptations de certaines lignes de bus. La STIB semble dA�sapprouver la mA�thode de la Ville consistant A� procA�der dans la��improvisation et le A�A�bricolageA�A� puisqua��elle a rA�pondu (dans la presse) qua��elle A�A�ne fera pas de commentaire avant da��avoir une vision globale de la mobilitA� dans et autour du piA�tonnierA�A� et que A�A�PlutA?t que da��apporter des petites modifications ponctuelles, on prA�fA?re attendre la fin de la pA�riode da��A�valuation.A�A�

La Platform Pentagone a dA�jA� maintes fois dA�plorA� la rA�gression de l’offre de transports en commun depuis la mise en piA�tonnier des boulevards centraux et espA?re que cette pA�riode d’essai se soldera, au minimum, par le rA�tablissement de toutes les lignes de bus (38, 46, 47, 48, 63, 86, 88 et 95) dont les terminus ont A�tA� A�loignA�s du centre-ville, de plusieurs arrA?ts parfois, augmentant les temps de parcours des usagers et dA�courageant les utilisateurs les plus faibles (personnes A?gA�es, A� mobilitA� rA�duite, adultes avec de jeunes enfants,…).

Rapport d’incidencesA�: une astuce pour A�luder une A�tude plus complA?te?

Signalons A�galement l’intention de la Ville de Bruxelles de rA�aliser un rapport da��incidences sur le plan de circulation, admettant une fois de plus A� son corps dA�fendant, la nA�cessitA� da��A�tudier les choses plus avant. NA�anmoins, cet outil ne portera que sur le plan de circulation et sera donc beaucoup plus succinct qua��une A�tude globale consacrA�e A� la��ensemble des domaines impactA�s par les projets de la Ville. En outre, un rapport da��incidences est loin d’apporter les garanties da��indA�pendance da��une A�tude da��incidences, puisque la Ville de Bruxelles sera juge et partie.

IdentitA� commercialeA�: une page A� (rA�)A�crire A� plusieurs mainsA�?

En matiA?re de dA�veloppement commercial, la Ville de Bruxelles na��a que trA?s rA�cemment renoncA� A� faire cavalier seul en acceptant de collaborer avec la��agence rA�gionale du commerce Atrium. Jusqua��A� aujourda��hui, la Ville de Bruxelles avait toujours refusA� la��aide proposA�e par Atrium, prA�fA�rant confier la��A�laboration da��un schA�ma de dA�veloppement commercial pour le Pentagone A� un bureau privA� (Geoconsulting) et faire appel A� deux autres sociA�tA�s (City Tools et Devimo) pour dA�velopper un schA�ma de dA�veloppement commercial pour le piA�tonnier. Sa��il on peut saluer ce changement da��attitude, reste encore A� faire la clartA� sur la��objectif de la Ville sur le plan commercialA�: un aspect qui doit A?tre analysA� dans le volet socio-A�conomique da��une A�tude da��incidences.

En conclusion…

La Ville de Bruxelles essaie tant bien que mal de sauver son piA�tonnier en mettant en A�uvre des modifications improvisA�es, consA�quences de la��imprA�voyance et de la prA�cipitation qui ont prA�sidA� A� la��A�laboration du projet. La Ville a cru possible de passer en force et, selon elle, A�A�en simplifiant les chosesA�A� par un piA�tonnier central. La voilA� empA?trA�e dans une sA�rie de rafistolages, dans l’espoir, surtout, de calmer la fronde croissante de commerA�ants inquiets ou lA�sA�s, de plus en plus nombreux.

Ce faisant, elle complique tout, colmatant ici, crA�ant d’autres brA?ches ailleurs. Plus personne n’y comprend rien, les habitants des abords du piA�tonnier respirent toujours aussi mal tandis que ceux de la Bourse ne trouvent plus le sommeil

La Ville de Bruxelles s’accroche A� son projet de A� plus grand piA�tonnier d’EuropeA�A� dont elle se persuade qu’il attirera massivement le tourisme… mais reste dA�sespA�rA�ment sourde aux appels A� l’aide de ses habitants.

Pourtant, si la Ville ne s’est jamais cachA�e d’avoir outrepassA� volontairement les procA�dures lA�gales A� qui sont une vraie partie de plaisirA�A�, il se pourrait qu’un jour, suite au recours dA�posA� en janvier 2015 par la Platform Pentagone, elle se voie rappeler A� l’ordre par le Conseil d’Etat, tant sur l’absence d’A�tude d’incidences que sur le manque de concertation avec les habitants, au stade oA? plusieurs options sont encore sur la table.

Il lui faudra bien, alors, envisager ces diffA�rents scA�narios et surtout, accepter d’en dA�battre publiquement et dans les rA?gles, avec l’ensemble des intA�ressA�s, ce qu’elle a toujours refusA� de faire jusqu’ici… pour A�A�aller plus viteA�A�A�!