Enfin, un Point Info sur le piA�tonnier !

image_pdfimage_print

N’ayons pas peur de le dire, la rA�cente interview d’Yvan Mayeur dans l’Echo, plus qu’un Point Info, c’est une vA�ritable mine de renseignements ! DA?s le premier paragraphe, on y apprend que A� le piA�tonnier n’est qu’un outil de la stratA�gie mise en place dans le centre-ville A�.

Cette stratA�gie devrait, en toute logique, rencontrer les objectifs annoncA�s de ce projet. Vous savez: la mobilitA�, la qualitA� de l’air et de vie en ville, la rA�appropriation de l’espace public par les citoyens, le Pentagone A� apaisA� A�… Pourtant, A� la lueur de cette interview, rien n’est moins sA�r.

Maquette

Plus personne ne l’ignore, depuis la mise en place de son piA�tonnier, la Ville de Bruxelles doit faire face A� une fronde grandissante des commerA�ants, sur le pA�rimA?tre du piA�tonnier ou autour. AprA?s avoir ri (septembre), niA� (octobre) mis en cause (novembre) la bonne santA� prA�alable des commerces menacA�s, minimisA� (depuis) les consA�quences de son piA�tonnier, la Ville semble aujourd’hui s’accommoder plutA?t bien de cette situation.

Je ne nie pas que certains commerces ont des difficultA�s. Mais je constate aussi qua��ils sont repris.

Champagne ! Des dA�parts, des arrivA�es, c’est la vie. On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs. Les mA�contents n’ont qu’A� A� s’adapter A�.

Les commerA�ants doivent se remettre en question. Par exemple, dans chaque grande ville, la��activitA� « mode » est une activitA� importante. Mais toutes les enseignes subissent la concurrence de la��e-commerce. Il faut donc proposer autre chose. Il faut qua��on vienne A� la boutique non pas pour acheter mais pour vivre un A�vA�nement, par exemple en organisant une rencontre avec le crA�ateur.

Parlant de la mode, justement, il y a dA�jA� des tas de boutiques qui le font : un coup dans l’eau, donc. Et tous les types de commerce n’ont pas nA�cessairement vocation A� faire A� vivre un A�vA�nement A� A� leurs clients pour sublimer l’acte d’achat… de produits de premiA?re nA�cessitA�, par exemple. Alors quel est le message ? CommerA�ants, assez ronronnA� ! Vous entrez dans l’A?re de la concurrence effrA�nA�e, artificiellement instaurA�e par la Ville elle-mA?me, intra et extra-muros (piA�tonnier contre rue Neuve, centre-ville contre Docks et bientA?t Neo), ou lorgnant vers les autres mA�tropoles pour faire « comme » A� Paris ou « comme » A� Londres. Tiens, jamais comme A� Bruxelles. A se demander si nos politiques aiment cette ville (et s’ils la connaissent), finalement.

OA? l’on apprend (mais qui en doutait?) que les grands projets commerciaux existaient avant le piA�tonnier…

Ces projets ont A�tA� accA�lA�rA�s par le piA�tonnier et la��ensemble de notre stratA�gie, ja��en suis convaincu. Les initiateurs de ces projets sont venus me trouver en me disant qua��ils voulaient sa��inscrire dans notre stratA�gie car ils la trouvaient porteuse.

Oh ! De la concertation en amont du projet, en tA?te A� tA?te avec le bourgmestre. Habitants et commerA�ants, eux, n’ont pas eu cette chance.

La journaliste relA?ve A� juste titre que A� ce sont des projets de groupes Atenor, Besix, etc. qui parce qua��ils ont les reins solides peuvent se permettre de prendre des risques. Quid des petits commerA�ants? A�

Ces investissements vont permettre aux petites enseignes de venir sa��installer. Par exemple, dans le projet Crystal City, on a mis les balises nA�cessaires pour que les espaces soient rA�servA�s aux petites enseignes. On a une vision stratA�gique pour la ville. On sait oA? on va.

Vraiment ? Au vu des mois A�coulA�s, il est permis d’en douter.

Ce lundi 6 juin encore, lors du Conseil communal, l’A�chevine du Commerce, trA?s A�nervA�e, tentait d’expliquer qu’il fallait bien comprendre le temps perdu (un an) avant de commencer A� mettre en place certains outils, la Ville A�tant partie de zA�ro pour faire les choses convenablement… Mais dans ce cas, pourquoi ne pas avoir attendu d’A?tre prA?ts avant de mettre en place le piA�tonnier ? lance-t-on depuis les bancs de l’opposition. Tonnerre d’applaudissements dans la salle oA? sont rA�unis des commerA�ants et des habitants. De deux choses l’une, soit c’est de l’amateurisme, et c’est grave, soit cela fait rA�ellement partie de la A� vision stratA�gique A�A� de la Ville, et c’est encore pire !

Quid des habitantsA� et du droit au logement ?

Regardons la��immobilier dans le centre. Le privA� investit de nouveau. Il y a des nouveaux projets de galeries commerciales et de logements qui vont A?tre construits. Da��ici deux ans, il y a 1.000 nouveaux mA�nages qui vont sa��installer dans le centre et qui vont le faire vivre.

Mais cela risque de faire augmenter les prix? fait remarquer la journaliste.

Ca��est possible mais pour le moment, ca��est la��inverse qui se dA�roule. Ne tirons pas de conclusions hA?tives en affirmant que cela va faire grimper les prix. Aujourda��hui, ce qua��il est intA�ressant de constater, ca��est qua��on rend le centre-ville de nouveau attractif!

La dA�finition mA?me de la spA�culation, en quelque sorte. Et de fait, le risque de voir les prix s’envoler, A� moyen terme, est bien rA�el, y compris les prix des loyers. Mais Yvan Mayeur se veut rassurant :

On ne chasse pas les « pauvres » du centre-ville. On fait venir une nouvelle population, plus aisA�e.

Une bien belle dA�claration d’intention. Mais… peut-on savoir comment la Ville compte s’y prendre concrA?tement pour que les seconds arrivent sans chasser les premiers et pour que les propriA�taires ne succombent pas A� la tentation de rentabiliser davantage leur bien, dans le cas oA? cette stratA�gie venait A� fonctionner ? Il serait opportun, dA?s A� prA�sent, de mettre en place un mA�canisme de blocage des loyers, et que la premiA?re A� l’appliquer soit la Ville elle-mA?me, viaA� la RA�gie fonciA?re, principal propriA�taire des immeubles du centre-ville. Quelque chose de prA�vu en ce sens ?

Quoi qu’il en soit, ce qu’on perA�oit bien, A� travers cette interview, c’est que ce projet A� dont le piA�tonnier n’est qu’un outil A� n’A�voque en rien un centre-ville A� apaisA� A�, ni aujourd’hui, ni demain. On se croirait plutA?t dans une sorte de course A� l’A�chalote gA�ante, oA? certains concurrents, A�quipA�s de moteurs, possA?dent plusieurs longueurs d’avance sur les autres et dissimulent, dans leur poche, les plans du parcours remis par les organisateurs…