A� Le Soir A� sur le piA�tonnier : un GPS qui fait fausse route

image_pdfimage_print

kairossoir-640x506

Cela faisait belle lurette que je ne le lisais plus. La goutte da��eau en avait A�tA� une de ces campagnes de promotion soulignant leur propre vacuitA� tant elles cherchent A� vendre un produit sur des A�A�valeursA�A� qui ne sont pas les siennes : A�A�Le Soir se lA?ve contre la��inacceptableA�A�, A�A�On aura toujours raison de la��ouvrirA�A�, A�A�Le Soir, ja��y vois clairA�A� ou encore A�A�Le Soir. Je lis donc ja��agisA�A�a�� Quoiqua��il en soit, mon sevrage avait A�tA� immA�diat et thA�rapeutique. Mais, par les bonnes grA?ces da��internet me renvoyant A� la figure ce A� quoi je tentais da��A�chapper, je la��ai retrouvA� sur ma route et ca��est surtout A� travers de questions locales que ja��ai eu la��occasion de tester son attachement infaillible aux valeurs qua��il affiche : A�A�indA�pendance, fiabilitA�, citoyennetA�, inspirant dans la��actionA�A�.

De la��art de la��esquive

Il y a un an, tout au long de la mobilisation contre le projet de la Ville de Bruxelles de construire un parking sous la place du Jeu de Balle, A�A�Le SoirA�A� avait montrA� peu da��empressement A� couvrir le sujet. Le journal qui revendique A?tre un A�A�GPS dans la��actualitA�A�A� et aider ses lecteurs A� A�A�faire le tri entre ce qui est dA�risoire et essentielA�A�, avait sans doute jugA� que les 23.336 signataires (en trois semaines) de la pA�tition contre ce parking menaient un combat dA�risoirea��

La Ville avait fini par capituler, improvisant le dA�placement de son projet sous un immeuble de logements sociaux, A� 300 mA?tres de lA�, venant ainsi contredire et compliquer la��A�laboration de son propre Contrat de quartier au mA?me endroit. A�A�Le SoirA�A� passa sous silence tour A� tour la��opposition des habitants, la dA�bA?cle des autoritA�s mettant 7 mois A� se rendre compte qua��un parking A�tait incompatible avec la��inscription de ce terrain en zone verte, et encore leur A�A�plan CA�A� consistant A� construire ce parking sous une garea�� sans avoir consultA� la SNCB, dont la fin de non recevoir tomba dans les 24h ! Savoir que la Ville procA?de avec tant da��amateurisme, voilA� qui na��intA�resse sA�rement pas les lecteurs.

A�A�Donner des armesA�A� A� ceux-ci pour qua��ils A�A�se fassent leur propre opinion plutA?t que de se limiter A� leur dire ce qua��ils doivent penserA�A�, voilA� la��ambition du A�A�SoirA�A�. Qui supposerait en la��occurrence une analyse dA�taillA�e et un dA�bat contradictoire sur cette frA�nA�sie excavatrice et le programme dans lequel elle sa��inscrit : celui de A�A�rendreA�A� aux piA�tons les boulevards du centre-ville et A� la voiture les sous-sols de quatre places et les A�troites artA?res du A�A�mini-ringA�A�. Ce programme a�� qui A� dA�faut da��une vision cohA�rente repose sur un accord bancal entre socialistes et libA�raux a�� doit A� la��A�chA�ance A�lectorale de 2018 son timing infernal et sa phobie des procA�dures dA�mocratiques, comme le rA�sume le bourgmestre Yvan Mayeur : A�A�Il faut dA�cider vite sinon je sais ce qui va se passer. On va A?tre confrontA� A� un tas da��experts et de comitA�s qui vont donner leur avis bien entendu nA�gatif. Sans compter les procA�dures lA�gales qui sont une vraie partie de plaisir.A�A�

Le A�A�projet de sociA�tA�A�A� que le bourgmestre est en train da��imposer dA�passe largement le cadre de la mobilitA� : interdiction de manifester des opinions politiques sur les boulevards mais autorisation de happenings commerciaux, privatisation de la��espace public, interdiction de la consommation da��alcool en rue (sauf sur les terrasses), schA�ma de dA�veloppement pour A�A�upgraderA�A� la��offre commerciale A� destination notamment des touristes chinois, suppression des kiosques A� journaux, installation da��A�crans publicitaires gA�ants, concession A� ClearChannel pour dA�velopper la��affichage publicitaire digital sur le parcours du piA�tonnier, tout-A�-la��A�vA�nementiel, etc. Mais A�A�Le SoirA�A� prA�fA?re rA�sumer la complexitA� de la problA�matique A� une opposition binaire entre A�A�partisansA�A� et A�A�opposantsA�A�, suggA�rant que les voix critiques (cyclistes, personnes A� mobilitA� rA�duite, automobilistes, associatif, patronat, autoritA�s rA�gionales, commerA�ants, habitants a�� y compris ceux qui dA�fendent le principe de piA�tonnier et qui la��avaient initialement revendiquA�) na��A�maneraient que da��esprits retors, de partisans du tout-A�-la-voiture, bref, un concert da��A�goA?smes et da��archaA?smes. Cette malhonnA?tetA� A�ditoriale ne consiste pas seulement A� prendre parti pour les projets de la Ville, mais A� le faire de maniA?re non assumA�e, ne donnant la parole qua��A� certains, A�ludant des informations et en fragmentant da��autresa��

A�A�Le SoirA�A�, quelques raisons de ne plus la��ouvrira��

En octobre, A�A�Le SoirA�A� ouvrait ses colonnes au philosophe et A�conomiste Philippe Van Parijs : celui qui dA�clarait quelques mois plus tA?t que A�A�les habitants ne sont pas propriA�taires de la villeA�A� y proposa sa vision enthousiaste du piA�tonnier, gommant toute complexitA�, A�vacuant la question dA�mocratique, rA�duisant les incidences de ce plan A� de menus dA�tails de A�A�softwareA�A� qui se rA?gleront avec le temps. Une opinion relevant moins de la��analyse circonstanciA�e da��un membre du milieu acadA�mique que du parti-pris hA?tif da��un citoyen na��hA�sitant pas A� prendre quelques libertA�s avec la rA�alitA� et avec la��Histoire. Ainsi, A�voquer A�A�un retour au projet initial de nos boulevards [qui] ont A�tA� conA�us A� la fin du 19e siA?cle pour que les Bruxellois puissent flA?ner sur toute leur largeur, y papoter, y laisser jouer leurs enfantsA�A�, ca��est oublier un peu vite que les voiries A�taient alors destinA�es aux tramways, calA?ches et charrettes (avant da��A?tre accaparA�es par la��automobile), tandis que les trottoirs A�taient dA�diA�s aux piA�tons. Et ca��est omettre de dire que dA�sormais la Ville complique le cheminement des bus dans le centre et renvoie les voitures vers des artA?res moyenA?geuses, certainement pas conA�ues pour la��automobile et oA? on ne laisserait plus un enfant A�A�flA?nerA�A� sans masque A� gaz.

Le lendemain, le quotidien qui ne renonce A� rien pour faire reculer les frontiA?res de la��ignorance et du conformisme rA�unissait A� Mons des penseurs de la question urbaine, comme la��architecte-star Santiago Calatrava (concepteur des gares de LiA?ge et bientA?t de Mons) et plusieurs bourgmestres (dont Elio Di Rupo et Yvan Mayeur), pour un remue-mA�ninges de haute volA�e A� la conclusion digne de la��audacieuse A�A�A�ditorialiste en chefA�A� BA�atrice Delvaux : A�A�La ville est un A?tre complexe, multiple, aux enjeux aussi variA�s que ceux qui y viventA�A�.

Le surlendemain, le lecteur du A�A�SoirA�A� pouvait ainsi apprA�cier avec plus de hauteur le compte-rendu de la Commission de concertation relative au piA�tonnier. Une demi-page signA�e Pierre Vassart (chef des pages bruxelloises), ne donnant curieusement aucune clef pour comprendre que cette concertation a�� organisA�e A� la��issue da��une enquA?te publique menA�e A� contretemps (alors qua��une phase test est en cours pour encore plusieurs mois) et avec pour seul objet A� la��amA�nagement du piA�tonnier (les bancs, la suppression des bacs A� fleurs,a��) a�� ne permettait pas de se prononcer sur la prA�occupation essentielle des 200 personnes prA�sentes : celle de la mobilitA�. Pas un mot sur les nombreuses critiques du plan de mobilitA�, ni sur la revendication da��organiser une A�tude da��incidences, ni mA?me sur la��absence da��A�tudes prA�alables a�� la Ville A�tant pourtant confrontA�e actuellement A� des recours judiciaires pour ce motif prA�cis. Des 3h30 de dA�bats, le reporter na��a retenu que des paroles A�A�[refusant] en bloc le principe mA?me de piA�tonnierA�A� ou estimant au contraire A�A�que celui-ci na��allait pas assez loinA�A�a�� propos qua��il est bien le seul A� avoir entendus. Pas A�tonnant, puisqua��il souligne dans la foulA�e la��absence A� la rA�union da��une association qui y A�tait pourtant prA�sente au vu et au su de tous. En rA�alitA�, ca��est le journaliste du A�A�SoirA�A� qui na��a pas pris la peine da��y pointer son nez et qui tenta de maquiller son absence en donnant la parole au seul A�chevin de la��Urbanisme.

Ce traitement de complaisance na��a A�videmment rien A� voir avec la proximitA� entre certains journalistes et A�lus. Ni avec le fait que les autoritA�s communales publiaient dans A�A�Le SoirA�A�, 15 jours aprA?s la concertation, un supplA�ment de 28 pages da��articles non signA�s vantant les bienfaits de la��annonceur publicitaire de la page da��en face. La palme revenant A� la��article A�A�Les parkings, un atout pour le piA�tonnier bruxelloisA�A�a�� publiA� en faceA�da��une publicitA� pour Interparking !

GwenaA�l BreA�s

Article paru dans le nA�22 de A�A�Kairos, journal antiproductivisteA�A�, novembre 2015-janvier 2016 et publiA� sur le site bruxxel (sans capitales).

Dessin : Lison De Ridder.