La genA?se d’Interparking

image_pdfimage_print

Petits faits de culture urbanistique bruxelloise
Par Patrick Wouters

POURQUOI LE PARKING 58 A-T-IL ETE CONSTRUIT A CET ENDROITA�?

Le Parking 58 a A�tA� construit sur un terrain communal, rA�sultant de la dA�molition des Halles Centrales, A�difice de fer et de verre construit en 1872-74, en mA?me temps que la Bourse, lors du voA�tement de la Senne.

Le 21 fA�vrier 1955, la��A�chevin des Travaux Publics de la Ville de Bruxelles, Paul Vanden Boeynants, propose au Conseil Communal de donner en concession la partie Nord des Halles Centrales, ou A�ventuellement son terrain seul, pour y A�difier un grand garage-parking.

La concession fut adjugA�e A� une premiA?re sociA�tA�, qui se dA�sista. VDB en parla A� la��entrepreneur Armand Blaton, qui A�voqua le sujet avec Claude De Clercq (le patron de ce qui deviendra Interparking), et ca��est ainsi que Claude De Clercq dA�cida de construire le Parking 58 avec les Blaton. Peu aprA?s, Charly De Pauw (le patron de ce qui deviendra le Consortium des Parkings / Compagnie de Promotion) rejoignit la��affaire. Le terrain fut concA�dA� par la Ville de Bruxelles sous la forme da��un bail emphytA�otique1.

Mais pourquoi ce parking A� cet endroit-lA�A�?

La Ville de Bruxelles chargea en 1955 le groupe da��urbanistes TekhnA� da��A�tablir le plan directeur pour le pentagone. Ce bureau da��A�tudes sa��A�tait fait connaA�tre par ses plans de villes nouvelles au Congo, villes faites de zones mono-fonctionnelles, avec beaucoup da��attention accordA�e A� la��automobilitA�.

Le plan TekhnA�, terminA� en 1962, prA�voyait de remodeler le rA�seau routier de la Ville en A�tablissant autour du centre historique une ceinture intA�rieure doublA�e da��aires de stationnement et communiquant avec des voies de pA�nA�tration en A�toile. Le concept global A�tait susceptible da��A?tre rA�alisA� progressivement. A la place De BrouckA?re se situerait la��A�A�A�changeur de circulation nA�1A�A�. Et voilA� pourquoi VDB, qui connaissait le plan (non encore rendu public), avait attirA� la��attention da��Armand Blaton sur la��opportunitA�.

mobiliteitsplan1

La��A�loge funA?bre de VDB, prononcA� au SA�nat le 18 janvier 2001, comporte, cachA�s au milieu des louanges habituelles, ces passages rA�vA�lateursA�: Dans cette Belgique en pleine expansion A�conomique aprA?s l’Exposition universelle, Paul Vanden Boeynants dA�montrera partout et toujours ses extraordinaires talents de manager, chez qui s’estompera progressivement la distinction nA�cessaire entre la politique et les affaires dont il estime qu’elles pouvaient s’A�pauler mutuellement.

[a��]

Le dynamique chef d’entreprise introduit dans le monde politique un style nouveau, importA� des A�tats-Unis, pour lesquels il avait une vA�ritable fascination et oA? il avait A�tudiA� les techniques de communication et les campagnes A�lectorales.

[a��]

Sa vision politique A�tait rA�solument moderniste. Cependant, sa fascination pour l’AmA�rique n’eut pas toujours, dans le domaine de l’urbanisme A� Bruxelles, les rA�sultats les plus heureux.

VDB et TekhnA� tenaient le raisonnement suivantA�:

  1. la ville na��a da��avenir que si son commerce prospA?reA�;
  2. ce commerce ne peut prospA�rer que sa��il est accessibleA�;

a��A� attention, ca��est ici que le raisonnement dA�rape a��

  1. donc, certaines rues doivent A?tres libA�rA�es du trafic automobile pour les rendre piA�tonnes et agrA�ables aux commerces riverains alors que d’autres rues doivent A?tre mises A� sens unique (et donc devenir roulantes) pour accA�der aux rues agrA�ablesA�;
  2. et pour cela il est nA�cessaire de construire de nombreux parkings le long des rues roulantes transformA�es en petit ring2.

Ce raisonnement a conduit nos centres urbains A� un infarctus de la mobilitA�.

Il est pourtant appliquA� aujourda��hui, avec beaucoup de dA�termination, par la��actuelle A�chevine de la mobilitA� de la Ville de Bruxelles, Mme Els Ampe, dans son nouveau plan de circulation.

Elle a A�crit un petit article sur le courage et la��audace dans le numA�ro de dA�cembre du VRIJE BRUSSELAAR, le journal trimestriel de son parti.

VDB 1978 (cut) 240dpi

Je dirais que le courage et la��audace sont de belles qualitA�s, parfaites pour foncer dans le mur quand il y manque la rA�flexion.

La (mauvaise) histoire se rA�pA?te.

Mme Ampe doit revoir complA?tement son plan de A�A�mobilitA�A�A� et accorder toute son attention au rA�seau de transport en commun (trams, bus) dans le pentagone si elle veut vraiment assurer un avenir viable A� Bruxelles.

SourcesA�:

http://nl.wikipedia.org/wiki/Centrale_Hallen
http://nl.wikipedia.org/wiki/Charly_De_Pauw
http://www.dhnet.be/actu/societe/rencontre-exclusive-avec-le-roi-belge-des-parkings-51b7bd6ae4b0de6db98b0ef8

  • Bulletins Communaux de la Ville de Bruxelles, annA�es 1955 -1965.
  • De Waarachtige Vervalsers, Joris SLEEBUS, brochure-guide A�ditA�e par Erfgoedcel VGC et Brukselbinnenstebuiten, 2010, p 51 et 54-55.
  • Article A�volution du centre urbain, Jo BRAEKEN, in Le Patrimoine monumental de Belgique, volume 1A Bruxelles, A�ditions Mardaga, 1989, p. XXXV.
  • Revue Habiter, nA� 36, 1966, pages 4 A� 19.

1 Un bail emphytA�otique est un bail de trA?s longue durA�e (jusqua��A� 99 ans), qui confA?re au locataire du terrain la quasi-propriA�tA�, A� charge pour lui da��y construire et de payer un loyer modique. A la fin du bail, le bA?timent construit revient au bailleur, sans que ce dernier na��ait A� indemniser le locataire.

2 Ce petit ring ne fut que partiellement rA�alisA� (mise A� sens unique des rues du FossA� aux Loups, des Augustins dans un sens, des rues de la��A�vA?que et da��Arenberg dans la��autre), toutes rues A�largies A� l’occasion de la construction du Centre Administratif de la Ville de Bruxelles et du Building Philips.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Article liA� : Interparking aujourd’hui