ACCUEIL

image_pdfimage_print

IMPRIMEZ L’AFFICHE ET PLACEZ-LA A� VOTRE FENASTRE

AffichePF-Penta

La Charte de la Platform Pentagone

LA PA�TITION

Ceci na��est pas un piA�tonnier

La Platform Pentagone donne une voix aux avis critiques des habitants, commerA�ants, associations, comitA�s de quartier et usagers rA�guliersa�� rejoignez-nous !

LeA� CollA?ge de la Ville de Bruxelles sa��enorgueillit de mettre en A�uvre A�A�le plus grand piA�tonnier da��EuropeA�A� entre la placeA� De BrouckA?re et la place Fontainas pour A�A�redynamiser le commerceA�A�, A�A�booster la��attractivitA� touristiqueA�A�, entreA� autres par la crA�ation da��une nouvelle A�A�scA?ne urbaineA�A� A� la place de la Bourse A�tendue aux rues adjacentes. Loin da��offrir un redA�ploiement de la��offre en transports en commun, que le projet perturbe sensiblement, prioritA� est donnA�e A� la��accessibilitA� automobile : crA�ation da��un mini-ring A� la��intA�rieur mA?me du Pentagone, construction de quatre nouveaux parkings souterrains sous des places historiques du centre, et extension du parking Poelaert.

Nous sommes des habitants, commerA�ants, travailleurs, usagers et associations pour lesquels une ville agrA�able, vivante et attractive, estA� da��abord une ville habitA�e oA? nous avons le dA�sir de rester. Sans contester le concept de piA�tonniers en ville, nous remettons en cause la vocation principalement touristique, A�vA�nementielle et commerciale de ce projet, ainsi que la rapiditA� et la��absence de concertation qui ont prA�sidA� A� son A�laboration. Nous voulons que la vocation da��un piA�tonnier soit redA�finie au profit des habitants et commerA�ants du centre-ville, et de leur qualitA� de vie. Ca��est-A�-dire en diminuant les nuisances plutA?t qua��en les augmentant.

Oui A� un espace public partagA� qui amA�liore la qualitA� de vie des habitants !
Non A� la privatisation de la��espace public !

La Platform Pentagone veut un espace public partagA� qui respecte la variA�tA� des publics, des fonctions, des usages et des modes de dA�placement ainsi que la sA�curitA�. La vocation de la��espace public libA�rA� grA?ce A� un piA�tonnier doit A?tre rA�orientA�e. La privatisation des espaces publics de la��hyper-centre se banalise et inquiA?te dA�jA� (concession de la��espace public A� des opA�rateurs privA�s en vue da��organiser des actions publicitaires et commerciales). Il faut prA�server le partage et la��accessibilitA� de la��espace public en gA�nA�ral. Nous ne voulons pas laisser les boulevards devenir le a�?centre commercial en plein aira�? que la Ville appelle de ses vA�ux, ni un vaste parc A� thA?mes permanent.

Par ailleurs, nous ne voulons pas laisser A� des investisseurs privA�s et des constructeurs de parking le soin da��A�laborer et de rA�aliser le rA�amA�nagement des places et des espaces publics suite A� la construction de plusieurs nouveaux parkings souterrains, aux abords da��une future zone piA�tonnea�� comme le stipulent dA�jA� les cahiers des charges. Qui plus est, les annA�es de chantiers seraient trA?s nuisibles A� la qualitA� de vie dans et autour de ces espaces publics !

Oui A� une offre commerciale variA�e !
Non A� la standardisation de la��offre commerciale !

Pour la Ville de Bruxelles, le projet de piA�tonnier est aussi a�?un plan de redA�ploiement A�conomiquea�? qui doit a�?booster le cA�ur de villea�? et attirer notamment A�A�une offre haut de gamme en lien avec la clientA?le des touristes/congressistesa�?.

Des A�tudes comparatives A� la��A�chelle europA�enne dA�montrent que la mise en A�uvre de ce type de piA�tonniers accA�lA?re les processus de spA�cialisation des commerces, favorisant presque exclusivement les restaurants (cf. rue des Bouchers), la confiserie-chocolaterie (cf. Grand Place), les commerces da��habillement et de chaussures (cf. rue Neuve) ou la parfumerie. Ces piA�tonniers entraA�nent ainsi la disparition des commerces de biens nA�cessaires A� la vie quotidienne : services, alimentation polyvalente, pharmacies, marchands de journaux etA� libraires ainsi que des biens a�?pointusa�?. Ces piA�tonniersA� favorisent les grandes chaA�nes, avec contrats de franchise, mais sontA� dA�favorables aux indA�pendants, aux commerces de proximitA�, et aux services.

La Platform Pentagone soutient des emplois de qualitA�. Elle soutient les organisations syndicales et les commerA�ants qui sa��opposent A� une ouverture des commerces 7 jours sur 7 et en soirA�e.

La RA�gie fonciA?re doit jouer son rA?le de rA�gulateur, y compris sur les cellules commerciales.

Oui A� la��amA�lioration de la qualitA� de la��air !
Non A� la��aggravation de la pollution !

Le premier avantage da��une piA�tonisation devrait A?treA� de contribuer A� diminuer le trafic automobile dans la��ensemble du Pentagone et sur la petite ceinture. Mais le piA�tonnier tel que conA�u par la Ville de Bruxelles, A� destination touristique, commerciale et A�vA�nementielle, qui a pour premiA?re ambition de renforcer la��attractivitA� de son hyper-centre, encouragera la circulation automobile et dA�gradera encore la qualitA� de la��air, dA�jA� trA?s mauvaise en rA�gion bruxelloise, et notamment dans le Pentagone et sur la petite ceinture.

Selon la littA�rature scientifique, un des principaux responsables de la pollution de la��air est le trafic automobile.A� Actuellement, la��exposition de longue durA�e aux particules fines (PM10)A� et trA?s fines (PM25) reprA�sente le principal risque sanitaire de laA� pollution de la��air. On estime que cette exposition entraA�ne uneA� dA�tA�rioration anticipA�e de la vie de 1 A� 18 mois dans le Benelux. Les effets de la pollution de la��air touchent principalement le systA?me respiratoire (difficultA� pour respirer, crises da��asthme,a��) mais peuvent A?tre aussi cancA�rigA?nes (gaz da��A�chappement des moteurs diesel).

La Ville de Bruxelles doit sa��engager concrA?tement A� diminuer la pollution sur tout son territoire.

Oui A� une mobilitA� renforA�ant les transports en commun
et les modes actifs de dA�placement (vA�lo, marche) !
Non A� la��augmentation de la pression automobile autour de la��hyper centre !

La formation da��un mini-ring entre la petite ceinture et la��hyper-centre aura pour consA�quence de maintenir une pression automobile A�levA�e sur tous les quartiers du Pentagone puisque le trafic empruntant actuellement les boulevards du centre sa��y verrait reportA�. Pire encore, la crA�ation de nouveaux parkings le long de ce mini-ring engendrera des flux supplA�mentaires, en desservant la nouvelle zone piA�tonne et commerA�ante juste A� ses abords !

LesA� parkings a�?publicsa�? existants, largement sous-occupA�s (environ 5.000 places libres sur une offre plA�thorique de 15.700 unitA�s dans le seul Pentagone en 2010) peuvent A?treA� mieux signalisA�s et il faut mettre A�galement A� contribution les nombreux parkings privA�s, vides en soirA�e et le week-end (le nombre est A�valuA� A� 15.000 places, dont la majeure partie dans le Pentagone).

La Ville de Bruxelles doit A�galement assurer la��accessibilitA� des personnes A� mobilitA� rA�duite (invalides, personnes A?gA�es, personnes accompagnA�es da��enfants) ainsi que la sA�curitA� des piA�tons et des cyclistes partout. Elle doit A�viter les effets de barriA?re et rapprocher les arrA?ts de transports en commun des destinations de la majoritA� des usagers.

Oui aux logements accessibles dans tout le pA�rimA?tre du projet !
Non A� la spA�culation immobiliA?re !

LaA� transformation des boulevards centraux en piA�tonnier vouA� A�A� la��A�vA�nementiel et A� la��attractivitA� commerciale, risque de produireA� une hausse des loyers dans tout le pA�rimA?tre. La Ville de Bruxelles affirme vouloir attirer une nouvelle A�A�classe crA�ativeA�A� dans son schA�ma de dA�veloppement commercial. Il faut se doter da��outils pour contrA?ler la hausse des loyers. Par ailleurs la RA�gieA� fonciA?re et le CPAS de Bruxelles doivent sa��engager formellement A�A� maintenir les loyers et leurs occupants actuels, y compris dans les cellules commerciales, et A� fournir des logements sociaux en suffisance.

Oui au respect des quartiers environnants le projet de piA�tonnier !
Non A� la��aspirateur automobile et commercial A�crasant les quartiers alentour !

Le CollA?ge communal veut limiter le transit automobile entre Fontainas et De BrouckA?re uniquement. Sa volontA� est de maintenir le transit da��ouest en est (et vice versa) ainsi que la circulation entre les quartiers du Pentagone. En da��autres termes, au moindre encombrement (trA?s prA�visible!) sur le mini-ring, les voitures se disperseront dans tous les quartiers dans le seul but da��essayer de les traverser.

En outre, le plan prA�voit de faire de la��avenue de Stalingrad la��entrA�e sud du Pentagone avec, A� la place Rouppe, un nouveau parking. Ce projet ne peut qua��A�craser la place piA�tonniA?re rA�alisA�e avenue de Stalingrad par les pouvoirs publics. Les autres parkings prA�vus contredisent aussi de fait les contrats de quartier qui ont pour objectif de rendre plus agrA�able la��espace public (contrat de quartier Jonction, Yser/les quais, jardin aux fleurs, a��).A� Les commerA�ants des quartiers situA�s entre la petite ceinture et la��hyper-centre craignent A�galement que le marketing au sujet du futur piA�tonnier central dissuade une partie de leur clientA?le.

Il faut respecter et dA�velopper les piA�tonniers, allA�es vertes et parcs existants dans les diffA�rents quartiers et les protA�ger da��une circulation automobile de transit (difficilement contrA?lable).

Oui A� la��amA�lioration de la santA� de tous les habitants !
Non A� la pollution sonore !

Le bruit reprA�sente la principale pollution des sens. Les nuisances sonores ont des effets souvent non rA�versibles sur la��oreille (baisse de la��audition ou mA?me surditA�), sur le sommeil (un bruit de 70 dA�cibels rA�veille presque tout le monde), mais aussi sur la santA� cardio-vasculaire ou hormonale, ou encore sur le dA�veloppement intellectuel ou sur les troubles du comportement. De nombreux habitants se plaignent, depuis des annA�es, des graves nuisances engendrA�es par les mA�ga-A�vA�nements tels que les Plaisirs da��hiver, le Brussels Summer Festival, et par les nombreuses terrasses de bars ouvertes tard dans la nuit, notamment A� Saint-GA�ry. Compte tenu de cette expA�rience, la perspective da��un vaste piA�tonnier dA�diA� A� la��A�vA�nementiel est trA?s problA�matique.

En RA�gion bruxelloise, en 2013, 49 % de la population bruxelloise (de 15 ans et plus) est gA?nA�e A� domicile par au moins une des sources de pollution (bruit principalement, vibrations, pollution de la��air, mauvaises odeurs), contre 27% en RA�gion wallonne et 23% en RA�gion flamande.

La Ville doit respecter elle-mA?me et faire respecter la lA�gislation contre le bruit en milieu urbain, en particulier contrA?ler la limitation de la��A�mission de dA�cibels, notamment celle de la musique amplifiA�e et la��interdire effectivement, sauf exception, entre 22h et 7h du matin.

Oui A� une vA�ritable concertation du public et A� une A�tude da��incidences approfondies, prA�vue par le droit europA�en et portant sur la��ensemble du plan !
Non A� la��absence de dA�bat et au dA�faut da��A�tudes prA�paratoires sA�rieuses !

On imagine qua��un projet da��une telle ampleur, aux impacts si importants (non seulement pour les quartiers directement concernA�s mais aussi pour la��ensemble de la RA�gion et au-delA�), a fait la��objet da��A�tudes prA�paratoires approfondies et de dA�bats avec tous les acteurs. Il na��en est rien !

Au contraire, A�A�on a tout fait A� la��enversA�A� (Yvan Mayeur) !

La Ville veut avancer au pas de charge et a adoptA� les projets quasiment sans A�tudes prA�paratoires. Le plan de mobilitA� sa��appuie sur des a priori et seulement sur des A�tudes de flux de circulation, violant la��Ordonnance de la RA�gion sur la planification de la mobilitA�. Par ailleurs, la Ville dA�coupe artificiellement en tranches les diffA�rents aspects de son plan et ne prA�voit que des A�A�rapports da��incidenceA�A� simplifiA�s, non indA�pendants au lieu da��A�tudes da��incidences beaucoup plus complA?tes avec comitA� da��accompagnementa�� ou pas du tout en ce qui concerne le plan de circulation.

Elle se contente a�?da��informer pour garantir la��adhA�siona�? des habitants et usagers, qui devraient se satisfaire de formuler des a�?suggestions pertinentesa�? sur des aspects accessoires et esthA�tiques du projet. A� la��inverse de ce que dicte le droit europA�en, qui prA�voit que les plans da��amA�nagement urbain doivent A?tre soumis :

  • A� des A�tudes approfondies da��A�valuation des incidences environnementales,
  • et A� la participation du public tout au dA�but de la procA�dure,A� ca��est-A�-dire A�A�lorsque toutes les options et solutions sont encore possiblesa�?, ou autrement dit a�?avant que le plan ou leA� programme ne soit adoptA� ou soumis A� la procA�dure lA�gislativea�?.

Nous ne demandons rien de plus que le respect du droit europA�en et bruxellois.

Ca��est pourquoi nous vous appelons A� nous rejoindre au sein de la Platform Pentagone pour porter le dA�bat dans les diffA�rents quartiers.

Ca��est da��autant plus urgent que la Ville veut plus que jamais brA�ler les A�tapes :

  • la Ville a avancA� la mise en A�uvre du piA�tonnier et du plan de circulation au 29 juin 2015,
  • la��enquA?te publique, qui portera sur le seul amA�nagement du piA�tonnier, aura lieu pendant les congA�s da��A�tA�,
  • les travaux des concessionnaires (Sibelga, Vivaqua,a��) sont dA�jA� en cours, de mA?me que la��installation de nouveaux terminus de bus et des travaux de consolidation du sol entre le mA�tro et le futur piA�tonnier.

+++++++++++++++++

Sources de la Charte de la Plateforme Pentagone

La Charte qui fonde les adhA�sions A� la Platform Pentagone met en avant quelques principes importants d’un projet de Ville et d’un bien-A?tre en ville. Elle s’appuie aussi sur des A�tudes scientifiques.

1. Sur l’impact gA�nA�ral des piA�tonniers dans les centres-villes

Thierry BRENAC, HA�lA?ne REIGNER, FrA�dA�rique HERNANDEZ (2013). Centres-villes amA�nagA�s pour les piA�tonsA�: dA�veloppement durable ou marketing urbain et tri socialA�?. Rech. Transp. Secur., 2013, pp 271-282.

http://www.necplus.eu/action/displayAbstract?fromPage=online&aid=2460352#

RA�sumA�

Les gouvernements urbains tendent A� piA�toniser les centres-villes ou A� mettre en A�uvre des conceptions de voirie rA�duisant la quantitA� da��automobiles dans les espaces publics de ces quartiers centrauxA�: aires piA�tonnes, rA�duction du stationnement sur la voirie, amA�nagement de A�A�zones de rencontreA�A�, etc. A� premiA?re vue, ces politiques, qui assurent la promotion des dA�placements A� pied au dA�triment des dA�placements motorisA�s, semblent A� la��A�vidence A?tre favorables A� la prA�servation de la��environnement. La piA�tonisation est da��ailleurs prA�sentA�e par la��A�tat comme la��un des instruments contribuant au dA�veloppement durable des territoires urbains. Cependant, une autre hypothA?se est qua��elles participent de stratA�gies de marketing urbain de villes engagA�es dans des processus de compA�tition inter-territoriale a��A�qui conduisent A� accroA�tre la valeur et la��attractivitA� de lieux stratA�giques de la ville et tendent A� dA�placer les problA?mes (et les populations dA�favorisA�es) vers les autres parties du territoire urbain. Ainsi, globalement, ces politiques na��apporteraient pas de rA�elle contribution au dA�veloppement durable. Se rA�fA�rant A� des cadres thA�oriques relatifs A� la mutation entrepreneuriale des politiques urbaines, cet article prA�sente un aperA�u de recherches et rA�sultats empiriques traitant de la mise en A�uvre et des effets da��opA�rations de piA�tonisation ou da��autres politiques en faveur des piA�tons dans les centres-villes. Dans leur ensemble, les A�lA�ments rassemblA�s accrA�ditent plutA?t la seconde hypothA?se.

Abstract

Urban governments tend to pedestrianise city centres or to implement street designs which reduce the amount of cars in the public spaces of these centres: pedestrian areas, reduction of on-street parking, implementation of a�?zones de rencontrea�? (living streets), etc. Prima facie, these policies, favouring pedestrian mobility versus automotive mobility, apparently seem to be positive for the preservation of environment. In France, pedestrianisation is presented by the national authorities as a tool to contribute to the sustainable development of urban territories. Another hypothesis, however, is that these policies are part of urban marketing strategies of cities engaged in inter-urban competition processesa��which lead to increase the value and attractiveness of strategic places in the city and tend to displace problems (and deprived populations) to other parts of the urban territory. Thus, as a whole, these policies would not really contribute to sustainable development. Referring to theoretical frameworks related to the entrepreneurial mutation of urban policies, this paper presents an overview of research and empirical results dealing with the implementation and effects of pedestrianisation or other policies in favour of pedestrians in city centres. As a whole, this material gives some credit to the latter hypothesis.

2. Sur l’A�volution des commerces

Des A�tudes comparatives A� la��A�chelle europA�enne dA�montrent que la mise en A�uvre de ce type de piA�tonniers accA�lA?re les processus de spA�cialisation des commerces, favorisant presque exclusivement les restaurants (cf. rue des Bouchers), la confiserie-chocolaterie (cf. Grand Place), les commerces da��habillement et de chaussures (cf. rue Neuve) ou la parfumerie.A�A� Ces piA�tonniers entraA�nent ainsi la disparition des commerces de biens nA�cessaires A� la vie quotidienne : services, alimentation polyvalente, pharmacies, marchands de journaux etA� libraires ainsi que des biens a�?pointusa�?. Ces piA�tonniersA� favorisent les grandes chaA�nes, avec contrats de franchise, mais sontA� dA�favorables aux indA�pendants, aux commerces de proximitA�, et aux services.A�

Pour l’A�volution du commerce dans les piA�tonniers, processus bien connu et depuis longtemps dans le monde de l’immobilier commercial:

B. MERENNE-SCHOUMAKER (Docteur en sciences gA�ographiques, ULG) , Structures commerciales des rues et centres piA�tonniers. Essai de comparaison de quelques cas franA�ais et belges, 1981

http://orbi.ulg.ac.be/bitstream/2268/72191/1/M%C3%A9renne%20%20Structures%20commerciales%20des%20rues%20et%20centres%20pi%C3%A9tonniers%201981.pdf

B. MERENNE-SCHOUMAKER (Docteur en sciences gA�orgraphiques, ULG), Les activitA�s commerciales dans les secteurs piA�tonniers, structure et A�volution, in Analyse de l’Espace, Cahiers du Centre de Recherches Analyse de l’Espace, Institut de GA�ographie, Paris, nA� 2, 1983, pp.19-37

http://orbi.ulg.be/bitstream/2268/72154/1/M%C3%A9renne%20Les%20activit%C3%A9s%20commerciales%20dans%20les%20secteurs%20pi%C3%A9tonniers%201983.pdf

Concernant « centre luxe » et « centre masse » :

« L’A�volution rA�cente du centre-luxeA�dans la capitale de l’Europe. Quelques observations surA�le jeu des acteurs », in : R.P. Desse (A�d.) Les nouveaux acteurs du commerce et leurs stratA�giesA�spatiales, Collection Commerce et SociA�tA�, UniversitA� de Bretagne Occidentale, pp.253-267 (pas de version A�lectronique)

Mathieu VAN CRIEKINGEN et Antoine FLEURY : La ville branchA�e : gentrification et dynamiques commerciales A� Bruxelles et A� Paris

http://belgeo.revues.org/10950

WAYENS, Benjamin (bwayens@ulb.ac.be)

Structure et dynamique du commerce de dA�tail bruxellois, avril 2006

ThA?se de Doctorat en sciences, SpA�cialisation gA�ographie :

http://theses.ulb.ac.be/ETD-db/collection/available/ULBetd-07312006-124720/unrestricted/00_resume.pdf

3. Pollution de l’air

Selon la littA�rature scientifique, un des principaux responsables de la pollution de la��air est le trafic automobile.A� Actuellement, la��exposition de longue durA�e aux particules fines (PM10)A� et trA?s fines (PM25) reprA�sente le principal risque sanitaire de laA� pollution de la��air. On estime que cette exposition entraA�ne uneA� dA�tA�rioration anticipA�e de la vie de 1 A� 18 mois dans le Benelux. Les effets de la pollution de l’air touchent principalement le systA?me respiratoire (difficultA� pour respirer, crises d’asthme,…) mais peuvent A?tre aussi cancA�rigA?nes (gaz d’A�chappement des moteurs diesel).

http://www.environnement.brussels/thematiques/air-climat/qualite-de-lair

http://www.environnement.brussels/thematiques/air-climat/qualite-de-lair/influence-de-la-mobilite

http://www.environnement.brussels/thematiques/air-climat/qualite-de-lair/les-sources-de-pollution

http://www.euro.who.int/fr/publications/abstracts/health-effects-of-transport-related-air-pollution-summary-for-policy-makers

http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs313/fr/

Actualisation : Selon une A�tude rA�alisA�e pour le Bureau europA�en de l’Environnement, qui vient de paraA�tre, A� situation inchangA�e, il y aura en Belgique, 8.263 dA�cA?s par an causA�s par la pollution atmosphA�rique, soit 23 personnes par jour.

http://www.eeb.org/air-o-meter/?country=2&scenario=1&year=2020#scenarios

Pour plus de dA�tails A� Bruxelles, voir la chapitre « Aspects pertinents de la situation environnementale et son A�volution probable si le plan n’est pas mis en oeuvre » du rapport sur les incidences environnementales de l’avant-projet de plan rA�gional Air-Climat-Energie, actuellement en enquA?te publique.

4. SantA� et pollution sonore

Le bruit reprA�sente la principale pollution des sens. Les nuisances sonores ont des effets souvent non rA�versibles sur la��oreille (baisse de la��audition ou mA?me surditA�), sur le sommeil (un bruit de 70 dA�cibels rA�veille presque tout le monde), mais aussi sur la santA� cardio-vasculaire ou hormonale, ou encore sur le dA�veloppement intellectuel ou sur les troubles du comportement. De nombreux habitants se plaignent, depuis des annA�es, des graves nuisances engendrA�es par les mA�ga-A�vA�nements tels que les Plaisirs da��hiver, le Brussels Summer Festival, et par les nombreuses terrasses de bars ouvertes tard dans la nuit, notamment A� Saint-GA�ry. Compte tenu de cette expA�rience, la perspective da��un vaste piA�tonnier dA�diA� A� la��A�vA�nementiel est trA?s problA�matique.

http://www.environnement.brussels/thematiques/bruit/le-bruit/impacts-sur-la-sante

http://www.environnement.brussels/thematiques/bruit/le-bruit

http://documentation.bruxellesenvironnement.be/documents/Bru_3.PDF

En RA�gion bruxelloise, en 2013, 49 % de la population bruxelloise (de 15 ans et plus) est gA?nA�e A� domicile par au moins une des sources de pollution (bruit principalement, vibrations, pollution de l’air, mauvaises odeurs), contre 27% en RA�gion wallonne et 23% en RA�gion flamande.

Institut scientifique de SantA� publique/Wetenschappelijk Instituut Volksgezondheid,EnquA?te de santA� 2013, Rapport 4 : Environnement physique et social, RA�sumA� des principaux rA�sultats, 28 p.

https://his.wiv-isp.be/fr/Documents%20partages/Summ_Env_FR_2013.pdf

EnquA?te de santA� 2013, Rapport 4 : Environnement physique et social, 146 p.

https://his.wiv-isp.be/fr/Documents%20partages/HE_FR_2013.pdf

+++++++++++++++++++++

LA PA�TITION

 

PREMIERS SIGNATAIRES DE LA CHARTE
  • ARAU, Atelier de Recherche et da��Action Urbaines, asblA�
  • Artevelde Strikes BackA�
  • BRAL, Stadsbeweging voor Brussel | Mouvement Urbain pour Bruxelles
  • ComitA� da��Habitants A�A�de la��Autre CA?tA�A�A� (Anneessens)A�
  • ComitA� de dA�fense des habitants de Bruxelles-Centre / ComitA� ter verdediging van bewoners van Brussel-Centrum (ComitA� BRU 1000)A�
  • ComitA� de quartier Notre-Dame-aux-Neiges de Bruxelles-Ville / WijkcomitA� Onze-Lieve-Vrouw-ter-Sneeuw van de stad BrusselA�
  • ComitA� Nouveau MarchA� aux GrainsA�
  • ComitA� de quartier Saint GA�ry
  • ComitA� RouppeA�
  • Convivence asbl / Samenleven vzwA�
  • CopropriA�tA� / mede-eigendom A�tuve (45 mA�nages / huishoudens)A�
  • CycloperativaA�
  • De Markten (Gemeenschapscentrum)
  • Fietsersbond vzwA�
  • GRACQ a�� Les Cyclistes Quotidiens asblA�
  • Inter-Environnement Bruxelles asblA�
  • Jeugdbond voor Natuur en Milieu
  • Pic Nic the Streets
  • Plateforme MarollesA�
  • Quartier Dansaert vzwA�
  • The Ecoshop, sprlA�
  • Le Space, centre communautaire, asblA�
  • Vidya Ayurveda, asblA�