PAS DE PARKING AUX BRIGITTINES-VISITANDINES

Communiqué de presse des habitants du foyer bruxellois Brigittines-Visitandines.

P1890061

PAS DE PARKING AUX BRIGITTINES-VISITANDINES

Nous sommes des habitants et des voisins proches de l’immeuble Brigittines-Visitandines du Foyer bruxellois.

Nous ne désirons pas de parking sous la dalle du Foyer.

Nous ne voulons pas vivre pendant deux ans avec des bruits de machines. Nous avons déjà vécu beaucoup de travaux ces dernières années, nous ne désirons pas vivre un chantier de plus. Nous pensons que nous méritons un peu de calme à présent.

Nous ne désirons pas être privé de l’espace de jeu à côté de la dalle. Nos enfants n’ont déjà pas beaucoup d’espaces verts,pourquoi vouloir leur enlever le peu d’espace qu’il leur reste ?
Les faire courir entre le trafic des voitures n’est pas du tout une option pour nous. Nous ne désirons pas vivre au-dessus d’un parking, car nous tenons à notre santé et à celle de nos enfants.

Le trafic automobile est une nuisance à tous les niveaux.
Pourquoi devrions-nous subir encore plus de nuisances et de pollution, alors que nous vivons déjà dans des conditions peu confortables ?

L’immeuble Brigittines-Visitandines est délabré et en constante dégradation. Nous vous demandons de le rénover plutôt que de construire un parking qui ne fera que nuire à notre situation.

(24 juin 2015).

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Quelques photos de l’immeuble de logements sociaux des Brigittines, appartenant au Foyer Bruxellois. Entre autres dégradations dues au manque d’entretien, l’escalier de secours extérieur,  condamné depuis deux ans. 

Interviewée par Télé Bruxelles après l’annonce du nouveau projet de parking à cet endroit, l’Echevine de la Mobilité Els Ampe déclarait : « Ce quartier mérite quand même des améliorations… »

Dans le cahier des charges du parking des Brigittines (page 56), on peut lire : « Le parking enterré se trouve sur la future « route des parkings » qui jalonnera l’ensemble des parkings en ouvrage du centre. » 

On parle là du « miniring », que la Ville présente comme une « boucle de desserte », lorsqu’elle parle de son plan de circulation.

 

P1890030

P1890042

 




Abandon du parking sous la place du Jeu de Balle : une bonne décision, mais de mauvaises « solutions alternatives »

« Une semaine après avoir abandonné, sous la pression populaire, son projet de parking sous la place du Jeu de Balle, le Collège de la Ville de Bruxelles a décidé de le remplacer par un autre parking, toujours dans les Marolles, mais cette fois sous l’immeuble des Brigittines. Pour la Plateforme Marolles, la Ville ne fait ainsi que déplacer le problème et continue à prendre des décisions à la hussarde, sans concertation avec les riverains. »

IMG_1252-1038x576

Abandon du plan A au profit du plan B (à moins que ce ne soit l’inverse) : l’analyse, les enjeux et les questions sur ce qui se trame en ce moment à la Ville de Bruxelles…

Lire la suite du communiqué sur le site de Plateforme Marolles

In het Nederlands

26 février 2015

Le bourgmestre de Bruxelles-Ville Yvan Mayeur vient d’annoncer l’abandon du projet de parking sous la place du Jeu de Balle

Le parking était « nécessaire » : il ne l’est plus. Il était même « indispensable » : une solution alternative aurait été trouvée au problème (mais au fait, quel problème, et où sont les études qui en parlent, chiffres à l’appui ?)…

Démonstration par l’absurde que les enjeux de ces parkings sont finalement ailleurs que dans les parkings eux-mêmes. Aussi, on ne peut que se réjouir de cette décision !

Mais, car il y a un mais…

Badge rouge

A peine Yvan Mayeur avait-il fermé la bouche sous les caméras de Télé Bruxelles pour annoncer que les échoppiers du Vieux Marché (ah, ENFIN, notre orateur ne parle plus de maraîchers!) pourraient aller se garer au Boulevard Waterloo où 80 places seraient libérées rien que pour eux, qu’Els Ampe se répandait ici et là en déclarations à la presse pour dire que, si si, un parking souterrain verrait bien le jour, à la lisière des Marolles, en contrebas de l’Eglise de la Chapelle…

Le tout avec ce sourire formaté de la représentante du lobby automobile qui ne la quitte jamais (c’est pas comme nous, vilain râleurs que nous sommes!)…

Mais que de dissonances au sein de cette « majorité », et que de frustrations et petits règlements de compte de bas étage cela cache-t-il ? Ou, qui sait, de calculs…

L’avenir nous l’apprendra et nous restons vigilants !

En attendant, et sans baisser notre garde le moins du monde (au contraire!), pour la Place du Jeu de Balle, la Fête peut dès à présent commencer. La mobilisation, massive et déterminée, a payé : c’est une première victoire !

Bravo à tous ceux qui ont apporté leur pierre à cette mobilisation populaire, habitants, commerçants, amoureux du quartier de la Place du Jeu de Balle et de son Vieux Marché.

Bravo aux 23.336 signataires de la pétition, à la Plateforme Marolles, aux centaines de personnes qui se sont mobilisées au quotidien, ont organisé des cagnottes pour les affiches, mis ces affiches à leur fenêtre, passé des nuits presque blanches, mangé sur le pouce durant des semaines, préparé des fêtes, préparé LA Fête des 142 ans du Vieux Marché (on la fera deux fois plus, entre le 14 mars et le 21 mars : venez nombreux).

Mais la lutte n’est pas terminée ! Trois autres places sont toujours visées par ces parkings souterrains, peut-être celui de Chapelle dont parle Els Ampe, à moins qu’il ne s’agisse d’un caprice d’enfant gâtée. Il reste aussi les rues du futur du Miniring, une menace pour la vie des habitants et commerçants. Il reste enfin le Pentagone, proie privilégiée  des promoteur/spéculateurs/organisateurs de Parades Mickey et autres constructeurs et exploitants de parkings privés « dits publics », filiales de géants de l’immobilier ou des assurances …

Contre tous ces projets, véritable Plan de Mobilité de la Ville, un recours a été déposé au Conseil d’Etat. La mobilisation sous toutes ses formes continue donc.

Le COEUR de Bruxelles n’est pas à vendre !

+++++++++++++++++++

Le communiqué de presse de la Plateforme Marolles
Pas de parking sous la place du jeu de Balle : une victoire de la mobilisation citoyenne !

A SUIVRE…

Le 9 Mars, le Conseil communal devra revoter les cahiers des charges des parkings qui ont été renvoyés vers la Ville par la Région : des modifications mineures doivent y être apportées.
L’occasion de venir manifester notre opposition aux (désormais) 3 parkings planifiés par la Ville.

RENDEZ-VOUS à l’HOTEL DE VILLE
(entrée par l’arrière, rue de l’Amigo)
Début du Conseil communal à 16h00

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Dans le cadre de la Fête des 142 ans du Vieux Marché du 14 au 21 mars 2015

Mercredi 18 mars 2014 à 20 heures, au Recyclart :

Soirée d’information-débat sur l’ensemble du piétonnier, le miniring et les 4 (-1) parkings

Une soirée qui se clôturera en musique avec JAUNE TOUJOURS
BIENTÔT TOUTES LES INFOS !

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++




142 ans : Ça se fête !

bandeau_couleur

142 ans

Le 15 mars 2015, le Vieux Marché fête… 142 ans de présence sur la place du Jeu de Balle !

De la veille jusqu’au samedi suivant, jour du printemps, c’est aussi l’occasion pour la Plateforme Marolles de célèbrer le caractère populaire du quartier, sa diversité sociale, son patrimoine… et bien sûr la victoire de la mobilisation contre les projets de parking souterrain et de « lifting » qui le menaçaient depuis quelques mois !

En quelques semaines (et sans le sou), des habitants, marchands et commerçants du quartier ont organisé une semaine de programmation à la fois cohérente et variée : plus de 20 concerts, un thé dansant, 10 expositions dans des commerces autour de la place, films trouvés aux puces ou tournés dans les Marolles, soirée spéciale autour du plan de mobilité de la Ville de Bruxelles, visites guidées dans le quartier, majorettes, animations, lectures de textes récents ou anciens liés aux Marolles, rencontres, écoutes sonores, ateliers pour adultes et enfants (création d’affiches, de cerfs-volants, sérigraphie, écriture, masques de carnaval à partir d’objets trouvés aux puces,…), etc.

Le programme et toutes les infos sur Plateforme Marolles




On fait des petits trous et puis on bouge…

Els Ampe : « Grâce à la méthode Stross, on ne va pas toucher à la place : on fait des petits trous et puis on bouge » …

Les explications de la méthode, données par Els Ampe lors du Conseil communal de la Ville de Bruxelles, 9 février 2015.


Quelques exemples de construction de parkings souterrains par la méthode Stross, à Liège, Middelkerke et Roeselaere. Stross Stross2

Stross3

Source : Documents de la Haute Ecole Helmo-Gramme

MiddelkSource Bureau d’Etudes Ch. Lobelle : Le béton dans tous ses états à Middelkerke

 

MarktpleinMiddelkerkeBordOndergrondsParkeercomplexSource : blog.seniorennet.be Hoeveel heeft die ondergrondse parking dan wel gekost, misschien?

Middelk2

werf054.jpg.940x940_q85Source  : http://www.persyn.be

Roeselaere StrossSource : http://www.vtiroeselare.be

 

 

 

 

 

 

 

 




Classement de la Place du Jeu de Balle : Pétition citoyenne

L’association Pétitions-Patrimoine, en collaboration avec la Plateforme Marolles, vient de déposer ce 20 janvier auprès de l’administration des Monuments et Sites de la Région bruxelloise une pétition de classement comme site de l’ensemble de l’espace public de la place du Jeu de Balle, ainsi que de plusieurs bâtiments qui s’y trouvent et de l’ancien abri anti-aérien situé dans son sous-sol.

La suite sur le site de Plateforme Marolles

pdjb

 

Reportage sur Télé Bruxelles




La Bataille des Marolles, hier et aujourd’hui

« Le jeune marche plus vite, mais l’ancien connaît la route »
(Proverbe africain)
.
Entretien entre l’abbé Van Der Biest et des membres de la Plateforme Marolles à propos du projet de parking place du Jeu de Balle et de la « Bataille des Marolles » de 1969.




Place du Jeu de Balle : Micro trottoir

Micro trottoir réalisé le dimanche 23 novembre, alors que la nouvelle comence à se répandre du projet de la Ville de Bruxelles de construire un parking sous la Place du Jeu de Balle…




Place du Jeu de Balle : la Bataille des Marolles 2014-2015

Retrouvez sur le site Plateforme Marolles  les infos qui concernent la Place du Jeu de Balle, si chère aux coeur des Bruxellois et de tous ceux qui y ont un jour flâné, chiné, bu un verre ou mangé une soupe à l’oignon…

Vous y trouverez tout ce qui s’est passé depuis le début de cette nouvelle «Bataille des Marolles», véritable locomotive d’une mobilisation citoyenne qui s’étend aujourd’hui aux autres places visées par les projets de parkings inutiles…

P1800466




Place du Jeu de Balle : Plan et Cahier des charges

Place du Jeu de Balle : Cahier des charges
Localisation du parking prévu par la Ville de Bruxelles

1JdB et Plan

Pour toutes les infos sur la Place du Jeu de Balle, rendez-vous sur le site Plateforme Marolles !




Place du Jeu de Balle : un peu d’Histoire

retro1000placedujeudeballe04La Place du Jeu de Balle vers 1910

Place du Jeu de Balle

La place du Jeu de Balle fut tracée en 1854, à l’emplacement d’une ancienne usine créée par la Société Générale de Belgique et appelée « Usine du Renard ». On y fabriqua quelques-unes des premières locomotives du continent, avant qu’elle ne disparaisse, suite à la concurrence des usines Cockerill, à Liège.

Avant l’usine, au début du 19ème siècle, c’était un pré qui occupait cet emplacement.

Pendant une vingtaine d’années, entre sa création en 1854 et le transfert du Vieux Marché, la place fut dédiée au jeu de balle pelote, ce qui explique sa dénomination officielle de Place du Jeu de Balle.

Si de nos jours, le Vieux Marché se tient à cet endroit, il n’en a pas toujours été ainsi. Il avait lieu depuis 1640 au Pré des Foulons (l’actuelle place Anneessens, « den aven  Met », le « vieux Vieux Marché »).

Lors de la construction des nouveaux boulevards consécutive au voûtement de la Senne, le Vieux Marché fut considéré comme trop « populaire » pour les nouveaux quartiers qu’il incommodait « par sa pouillerie et ses puces »…

C’est le dimanche 15 mars 1873 que les échoppiers de la Place Anneessens prirent possession de la Place du Jeu de Balle. Il le firent sans enthousiasme, étant donné que cet endroit était moins animé et surtout, moins proche du centre.

Mais ils ne tardèrent pas à s’y sentir à l’aise, car ce nouveau quartier, en pleine expansion, présentait beaucoup de possibilités pour le petit commerce ambulant et le petit artisanat (remises, hangars, ateliers, lieux de triage et de stockage, logements à bon compte, etc). Et d’autre part, la proximité de la rue Haute et des Marolles offrait une clientèle nombreuse, amicale et qui aimait mieux acheter une paire de sabots à 50 centimes au Vieux Marché qu’à deux francs dans les beaux magasins…

Le succès du nouveau « Vieux Marché » fut rapide. Autorisé à fonctionner tous les jours, il eut d’emblée deux sortes de clientèles : celle du dimanche et celle de la semaine.

Tous les matins, du lundi au samedi, il attira surtout les bourgeois, les rentiers, les curieux, les chercheurs, clientèle restreinte mais au gousset bien garni.

Et le dimanche, dès l’aube, c’était la grande foule des gagne-petits, de ceux qui n’avaient qu’un jour de loisir par semaine et qui venaient chercher là, non pas l’objet rare, antique ou précieux, mais surtout l’ustensile, le vêtement ou l’accessoire dont ils avaient vraiment besoin.

Tout ce « brol », ce « bucht, » cet immense fourbi venu de partout et de nulle part, étalé avec tant d’autres choses incroyablement variées, dans une ambiance animée, bruyante, truculente et débonnaire, transforme tous les matins la « Vossenplein » en véritable marché aux enchantements…

(Source : Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles, Jean d’Osta, Ed Paul Legrain, 1986)

Sous la place, un abri anti-aérien, très bien conservé mais non accessible au public, est le témoin d’heures sombres de notre Histoire. Méprisé jusqu’ici par les pouvoirs publics qui ont leurs « priorités », il fait logiquement l’objet d’un regain d’intérêt, son existence étant menacée par le projet de construction du parking souterrain (et inutile) contre lequel habitants, commerçants, marchands et amoureux de la Place du Jeu de Balle se sont opposés dès le jour où ils en ont pris connaissance.

En outre, il faut savoir que le cahier des charges de ces parkings prévoit que l’aménagement de la surface de la place sera également confié au concessionnaire privé qui remportera le marché. Tous ces éléments, et les menaces que les projets font planer sur la place, son Vieux Marché, son ambiance, ont amené les riverains et amoureux du quartier à prendre conscience de l’importance de préserver formellement cet endroit. Une pétition citoyenne de demande de classement vient d’être déposée ce 20 janvier 2015 auprès de l’administration des Monuments et Sites de la Région bruxelloise.

Pour le plaisir, un reportage de la RTBF, daté de mars 1974… Et pour que vive longtemps encore notre Vieux Marché, son brol, ses marchands, ses cafés environnants et ses soupes à l’oignon!

Image2

 

Pour toutes les infos sur la Place du Jeu de Balle, rendez-vous sur le site Plateforme Marolles !