Barcelone mise sur la dA�croissance touristique

image_pdfimage_print

Alors que Bruxelles mise sur une intensification du tourisme de masse, la ville de Barcelone, devenue invivable dans certains quartiers, emprunte le chemin inverse sous l’impulsion de la sociA�tA� civile et d’Ada Colau, activiste du droit au logement et porte-parole du mouvement contre les expulsions, A� la tA?te de la ville depuis bientA?t deux ans.

LE MONDE du 14.02.2017 Par Sandrine Morel (Madrid, correspondance)

Le calme rA?gne dans la cafA�tA�ria de la��Ateneu, situA�e non loin des cA�lA?bres ramblas de Barcelone, la��avenue continuellement prise da��assaut par des hordes de touristes. Et pour cause. Pour y entrer, sa��installer dans ses confortables fauteuils ou profiter de son paisible jardin en plein cA�ur de la ville, il faut A?tre membre. Trente euros de cotisation par mois, ca��est ce qui lui en coA�te A� Teresa Picazo, membre de la��AssemblA�e des quartiers en faveur da��un tourisme durable (ABTS) pour se sentir chez elle, dans son quartier du Gotico, oA? logent aujourda��hui autant de touristes que da��habitants.

La��ABTS, nA�e il y a deux ans, ne mA?che pas ses mots pour dA�noncer la transformation de Barcelone en un A�A�parc A� thA?mesA�A�, ou critiquer le A�A�tsunami touristiqueA�A� qui sa��est aggravA� ces derniA?res annA�es avec la��apparition de plates-formes de location da��appartements privA�s. A�A�Nous nous battons pour la dA�croissance touristique et une rA�vision de la��offre touristique, rA�sume Mme Picazo. Nous ne pouvons plus supporter de voir le centre-ville se vider de ses commerces de proximitA� et de ses habitants.A�A�

Le Gotico est le premier quartier de Barcelone oA? la��augmentation du tourisme a fait baisser le nombre da��habitants, de 8A�% en quatre ans, selon les travaux du dA�mographe de la��universitA� autonome de Barcelone, Toni Lopez. Teresa, qui a renoncA� A� faire ses courses dans le marchA� traditionnel de la Boqueria, oA? les primeurs et bouchers da��antan ont A�tA� largement remplacA�s par des stands de restauration sur le pouce pour touristes, se plaint aussi du bruit A� toute heure de la nuit et de la saletA� qui a envahi les rues les plus prisA�es. Elle na��est pas la seule. Le tourisme est devenu la deuxiA?me A�A�prA�occupationA�A� des habitants de la ville, derriA?re le chA?mage, selon un baromA?tre publiA� en janvier.

La��attrait touristique de Barcelone na��est pas nouveau. AprA?s la��organisation des Jeux olympiques de 1992, la ville cA?tiA?re sa��est transformA�e en un pA?le da��attractionA�: la mer et le soleil, associA�s aux merveilles architecturales de Gaudi, A� ses vieux quartiers et des prix bas en ont fait une destination phare en Europe. De 187 hA?tels recensA�s enA�2000, Barcelone est passA�e A� 328 enA�2010 et 426 enA�2015, accueillant 8,3A�millions de touristes par an. A cela sa��ajoutent les pensions, les auberges et surtout, ces derniA?res annA�es, les appartements touristiques a�� plus de 9A�700 officiellement recensA�s, auxquels sa��ajouteraient au moins 6A�000 appartements illA�gaux selon la mairie. Sans compter les visiteurs, croisiA�ristes ou touristes logA�s dans les environs, qui ne viennent que pour la journA�e. Barcelone, premier port de croisiA?re da��Europe, voit dA�barquer jusqua��A� 30A�000 personnes sur les ramblas en une seule journA�e. Au total, 34A�millions de personnes visitent Barcelone chaque annA�e.

Lire aussi : A� La��Espagne mise sur le tourisme de la santA�


FermetA�

Augmentation brutale des prix des loyers, dA�naturalisation des quartiers, perte de qualitA� de vie pour les habitants ont accompagnA� le phA�nomA?ne. Da��autres villes da��Europe souffrent une situation plus ou moins similaire. Mais la diffA�rence majeure est la fermetA� avec laquelle la mairie a dA�cidA� de sa��attaquer au problA?me. Au pouvoir depuis maiA�2015, la plate-forme citoyenne Barcelone en commun, menA�e par la��ancienne activiste du droit au logement Ada Colau, a fait de la lutte contre le tourisme de masse son cheval de bataille.

DA?s son arrivA�e au pouvoir, elle a dictA� un moratoire interdisant la concession de nouveaux permis da��ouverture da��A�tablissements hA?teliers, le temps da��A�tudier la��impact du tourisme sur la ville, les services, la pollution, la propretA� et les dA�penses publiques. En parallA?le, elle a lancA� un ambitieux plan de lutte contre les appartements touristiques illA�gaux, augmentant les amendes et les contrA?les, grA?ce A� un corps da��inspecteurs dA�diA�s A� la chasse aux fraudeurs et A� un appel A� la population A� dA�noncer les appartements illA�gaux.

A�A�Ces six derniers mois, nous avons ordonnA� la fermeture da��un millier da��appartements touristiques illA�gauxA�A�, rA�sume au Monde Janet Sanz, conseillA?re municipale en charge de la��A�cologie, la��urbanisme et la mobilitA�, qui en dA�cembre dernier, a imposA� une amende de 600A�000A�euros A� Airbnb pour la promotion des appartements sans permis touristique. Le 7A�fA�vrier, Airbnb a proposA� de limiter les annonces A� une par propriA�taire dans Barcelone. Refus catA�gorique de la mairie, qui estime qua��aucune publicitA� ne doit A?tre faite pour des appartements sans licence touristique.

Le 28A�janvier, la municipalitA� est allA�e encore plus loin en approuvant le Plan spA�cial urbanistique de logements touristiques (PEUAT) 2016-2010, avec comme but affichA� la dA�croissance touristique. A�A�Une dA�cision inA�dite au mondeA�A�, soulignent les experts en planification du territoire.

Lire aussi : A� Il na��y a pas que Barcelone et la Sagrada Familia en Catalogne

 

A�A�Obstacles bureaucratiquesA�A�

Le PEUAT divise la ville en quatre zones. Les plus courues ne verront plus un seul hA?tel ouvrir ses portes, mA?me pas pour remplacer les A�tablissements qui fermeraient. Dans les zones adjacentes, ne sont autorisA�es de nouvelles ouvertures que pour remplacer la��offre dA�jA� existante. En pA�riphA�rie, la mairie autorise la crA�ation de 4A�000 places hA?teliA?res. De quoi provoquer la grogne du secteur.

A�A�Barcelone na��a pas un excA?s de touristes, tranche Manel Casals, prA�sident du syndicat hA?telier de Barcelone, qui se targue da��un taux da��occupation moyen de 80A�% A� 95A�% pour les A�tablissements de la ville. Le problA?me rA�el est la��apparition, ces cinq derniA?res annA�es, de 10A�000 appartements touristiques lA�gaux et autant da��illA�gaux. Cela reprA�sente 100A�000 places hA?teliA?res de plus, qui ne sont pas surveillA�es, encore moins encadrA�es, et provoquent des problA?mes de cohabitation avec les habitants. Il faut A?tre ferme avec cela. Mais limiter un secteur da��activitA�s comme le fait la mairie porte prA�judice au dA�veloppement de la ville.A�A�

Le secteur dA�plore les A�A�victimesA�A� de cette politique, comme la chaA�ne Hyatt, qui a renoncA� en janvier A� ouvrir un hA?tel dans la tour Agbar, du fait des A�A�obstacles bureaucratiquesA�A� posA�s par la mairie. La��an dernier, ca��est le groupe Four Seasons qui a renoncA� A� son projet da��ouvrir un hA?tel dans le quartier de Gracia, oA? la pression touristique est A�A�pourtant peu A�levA�eA�A�, souligne M. Casals, qui craint que la��image A�A�da��insA�curitA� juridiqueA�A� ne limite les investissements dans la ville. Ca��est une marque prestigieuse qui allait crA�er 300 emplois directs et autant da��emplois indirects. La��A�difice va devenir un immeuble da��appartements de luxe. Qua��y gagne la villeA�? Si nous na��orientons pas le flux touristique, ce dernier ne cessera pas pour autant, ce sera simplement un type de tourisme que nous na��aurons pas choisia��A�A�

 

A�A�Mesures absurdesA�A�

Assis A� une table du salon de thA� de la��hA?tel Praktik Bakery, dans le quartier de la��Ensanche, JosA� Maria TrA�nor, directeur gA�nA�ral de cette chaA�ne hA?teliA?re, qui compte six A�tablissements A� Barcelone, est fier de la faA�on dont il a intA�grA� la��hA?tel dans la vie de quartierA�: il a fait venir la��une des boulangeries les plus cotA�es de Barcelone, le Forn Baluard de la Barceloneta, pour qua��elle ouvre une succursale dans le hall de la��hA?tel. Dans la queue qui sa��A�tend jusque sur le trottoir, des voisins et des travailleurs se mA�langent A� quelques visiteurs A�trangers. Pour lui, cette association entre un commerce de proximitA� et le dA�veloppement touristique peut fonctionner.

Lire aussi : A� La guerre da��usure de la mairie de Barcelone contre un projet immobiler

A�A�Les mesures radicales de la mairie contre les hA?tels sont absurdes, critique-t-il. Ca��est de la dA�magogie. Le mouvement contre le tourisme est nA� A� la Barceloneta, oA? il na��y a aucun hA?tel mais de nombreux logements touristiques illA�gaux.A�A�

M.A�TrA�nor est la��une des bA?tes noires de la mairie. Son projet da��hA?tel en bas des ramblas, face aux Drassanes, les chantiers navals royaux du XIVeA�siA?cle, na��a pas pu A?tre paralysA�. Au moment oA? la mairie a prononcA� le moratoire sur les permis hA?teliers, il avait dA�jA� le sien en poche. Il ne lui manque que la signature au bas du permis de chantier pour commencer la construction. Elle traA�ne depuis plus da��un an et demi. Mais, pas question de se dA�courager comme la��ont fait les investisseurs de la Torre Agbar.

A�A�Je ne vais pas abandonnerA�A�, dit-il. Il a dA�jA� dA�posA� une A�A�rA�clamation patrimonialeA�A� pour exiger un dA�dommagement. A�A�Chaque mois qui passe, ce sont 450A�000A�euros que je ne gagne pas, assure-t-il. Et les voisins sont favorables A� mon hA?tel. La gentrification na��est pas un phA�nomA?ne nA�cessairement nA�gatif. La��arrivA�e des hipsters peut permettre de moderniser certains quartiersa��A�A�

Le terrain vague oA? est prA�vu son projet hA?telier de 200 chambres rA�parties sur deux A�difices, se trouve face A� une A�A�salle de shootA�A�, dans une zone dA�favorisA�e. Des modestes immeubles de briques bordent la rue. De plusieurs fenA?tres pendent des pancartesA�: A�A�Sauvons les Drassanes. Non A� la��hA?tel.A�A�

A�A�Dans cette zone, nous avons besoin de bureaux et de logements sociaux, pas da��hA?tels, explique Janet Sanz A� la mairie. Nous lui demandons simplement da��inclure dans son projet un de ces deux A�lA�ments. Nous devons prendre gardeA�: si la ville devient un parc thA�matique, elle perdra son intA�rA?t pour les touristes aussi.A�A�


En savoir plus sur Le Monde