Asphyxie du centre-ville : A�change de mails entre une commerA�ante et Yvan Mayeur

image_pdfimage_print

16 fA�vrier 2016

Mesdames les Echevines, Monsieur le Bourgmestre,

Je ne vous apprend rien, mais dans notre centre-ville A� la��agonie, les commerA�ants sont au bord de la��asphyxie, au sens propre comme au figurA�.

P1990186
Non seulement un grand nombre da��entre nous enregistrent des chutes de chiffre da��affaires entre 15 % et 45% selon les mois mais en plus il faut supporter les embouteillages sur le miniring A� partir de 15h, a��
Il faut absolument que votre projet de projet de piA�tonnier soit repensA� de faA�on plus rA�aliste, car il va transformer A� court terme un centre ville qui sa��en sortait pas mal commercialement en un vA�ritable chancre.

Il me parvient quotidiennement des tA�moignages qui confirment cette A�volution.
Les commerces de qualitA� ne survivront pas longtemps A� ce nivellement par le basa��beaucoup da��entre nous sont dA�jA� en train da��envisager de quitter le centre.
Ca��est pareil pour la population middle class qui habite ici, beaucoup sont en train de dA�mA�nager. Que restera-t-il dans un avenir proche si cette tendance ne sa��inverse pas?
Il sera difficile de faire marche arriA?re!

Je vous remercie de la��attention que vous voudrez bien accorder A� la prA�sente,

Cordialement,A�

V.Berckmans
.

RA�ponse d’Yvan Mayeur

ChA?re Madame,

Nous avons dA�jA� eu l’occasion, je pense, de vous dire que nous ne partageons pas votre point de vue.

C’est au contraire parce que le centre de notre Ville dA�pA�rissait depuis plusieurs annA�es que nous avons dA�cidA� de mettre en A�uvre un projet sans cesse discutA� et modifiA� depuis prA?s de 20 ans.

Notre CollA?ge a eu le courage de mettre en A�uvre une transformation du centre de Bruxelles que d’autres n’avaient pas eu l’opportunitA� ou la force de faire.

Nous sommes A�videmment conscients que ces changements doivent A?tre accompagnA�s de dialogues et de concertations. Ce que nous nous sommes appliquA�s A� faire avec tous les riverains, commerA�ants, acteurs A�conomiques, sociaux et culturels de la zone couverte par le piA�tonnier mais aussi des rues adjacentes.

Mais ces dialogues ne peuvent A�videmment pas conduire A� l’abandon d’un projet votA� A� l’unanimitA� par le Conseil Communal de la Ville.

Les concertations que nous menons quasiment « made to mesure » ne peuvent cependant pas satisfaire tout le monde.

Nous devons donc trouver des solutions qui soient les plus efficaces pour le plus grand nombre. C’est dans cet esprit que nous avons dA�cidA� de faire A�voluer le plan de circulation pour rendre les quartiers plus accessibles et donner plus de fluiditA� au trafic.

Quant A� la situation A�conomique, nous ne pouvons que constater comme vous l’impact dA�sastreux de l’alerte terroriste dont notre Ville souffre encore.A�

Celle-ci est intervenue alors que nous venions d’adapter les choses dans diffA�rents quartiers comme A� A.Max par exemple aprA?s un dialogue fructueux avec les commerA�ants et les habitants.

Nous faisons d’ailleurs tout ce que nous pouvons pour redresser l’image de la Ville et lui rendre son attractivitA�.

Vous dites que les classes moyennes veulent quitter la Ville.

Cela ne correspond pas A� notre observation globale qui voit les nombreux investissements immobiliers se rA�aliser dans le Centre et tout autour ou dans la zone piA�tonne, de la rue MarchA� aux Herbes, A� la rue des Fabriques ou la rue FossA�-aux-Loups pour ne prendre que quelques exemples.

Nous sommes donc A� votre A�coute et A� votre disposition pour envisager des questions concrA?tes que vous voudriez nous soumette et ce dans un esprit constructif.

Bien A� vous,

Yvan Mayeur

Bourgmestre de Bruxelles